Aleteia
La fĂŞte du jour

Mercredi 31 mai
Sainte Baptista Varano

fondatrice du monastère de Camerino (✝ 1524)

Battista da Varano (au siècle Camilla), clarisse italienne fondatrice du monastère de Camerino (1458 - 1524) - Canonisée le 17 octobre 2010 - Homélie de Benoît XVI - en italien
Le 17 octobre 2010, dans son homélie, le Saint-Père a rappelé que sainte Battista Camilla Da Varano "témoigna jusqu'au bout le sens évangélique de la vie, spécialement en persévérant dans la prière... Sa vie, totalement immergée dans les profondeurs divines, fut une ascension constante dans la voie de la perfection, avec un amour héroïque envers Dieu et le prochain. Elle fut marquée par de grandes souffrances et des consolations mystiques... A une époque où l'Église souffrait d'un relâchement des mœurs, elle parcourut de manière décidée la voie de la pénitence et de la prière, animée par l'ardent désir de renouvellement du Corps mystique du Christ". (source:VIS 20101018 800)
En conclusion de la messe de canonisation, Benoît XVI a salué les fidèles venus pour la canonisation de Battista Camilla Varano et Giulia Salzano, rappelant la clôture de la 46e Semaine sociale des catholiques italiens, en espérant que "la recherche du bien public puisse demeurer le mot d'ordre des catholiques dans le social et le politique". (source: VIS 20101018 240)
À Camerino dans les Marches, en 1524, Baptista Varano. Abbesse du monastère des Clarisses que son père avait fait construire, elle éprouva de grandes tribulations ainsi que des consolations mystiques.

Vous voulez découvrir d’autres histoires de saints ? Cliquez ici

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (1, 39-56)

En ces jours-lĂ ,
Marie se mit en route et se rendit avec empressement
vers la région montagneuse, dans une ville de Judée.
Elle entra dans la maison de Zacharie
et salua Élisabeth.
Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie,
l’enfant tressaillit en elle.
Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint,
et s’écria d’une voix forte :
« Tu es bénie entre toutes les femmes,
et le fruit de tes entrailles est béni.
D’où m’est-il donné
que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?
Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues Ă  mes oreilles,
l’enfant a tressailli d’allégresse en moi.
Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles
qui lui furent dites de la part du Seigneur. »

Marie dit alors :
« Mon âme exalte le Seigneur,
exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s’est penché sur son humble servante ;
désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
Saint est son nom !
Sa miséricorde s’étend d’âge en âge
sur ceux qui le craignent.
DĂ©ployant la force de son bras,
il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trĂ´nes,
il élève les humbles.
Il comble de biens les affamés,
renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur,
il se souvient de son amour
de la promesse faite à nos pères,
en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. »
Marie resta avec Élisabeth environ trois mois,
puis elle s’en retourna chez elle.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement