Aleteia
La fĂŞte du jour

Mardi 16 mai
Saint Brendan

Abbé de Clonfert, en Irlande (✝ 583)

Il pilota ses nombreux disciples à travers les flots de ce monde, "vers la terre promise des saints." Il doit sa réputation à la légende qui l'aurait fait naviguer vers les îles Canaries et l'Amérique du Sud.
Moine irlandais, rendu célèbre par ses "navigations aux îles fortunées", quelque part entre les Canaries et le Groenland. Né en 484 à Clonfert, au sud-ouest de l'Irlande, il entre au monastère de Llancarvan, fondé par saint Cado dans le pays de Galles. La tradition rapporte qu'il débarqua avec des compagnons dans l'estuaire du Léguer et qu'il fonda un monastère à Ploulec'h; Lanvellec est sous son patronage. Deux paroisses, dans le Finistère, prétendent garder le souvenir de ce saint, Kerlouan* et Loc-Brévalaire, mais l'identification de Brendan avec Brévalaire est sujette à caution. A Loc-Brévalaire, le saint patron est représenté en évêque (ou en abbé?), un dragon à ses pieds (diocèse de Quimper et Léon)
* L'église Saint-Brévalaire fut nommée du nom du saint patron de Kerlouan: Brévalaire, moine navigateur irlandais. (ensemble paroissial La Côte des Légendes)
En Irlande, vers 577, saint Brendan, abbé de Clonfert et propagateur valeureux de la vie monastique, devenu le héros d’exploits fabuleux racontés dans la célèbre Navigation de saint Brendan.

Vous voulez découvrir d’autres histoires de saints ? Cliquez ici

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (14, 27-31a)

En ce temps-lĂ ,
JĂ©sus disait Ă  ses disciples :
« Je vous laisse la paix,
je vous donne ma paix ;
ce n’est pas à la manière du monde
que je vous la donne.
Que votre cœur ne soit pas bouleversé ni effrayé.
Vous avez entendu ce que je vous ai dit :
Je m’en vais,
et je reviens vers vous.
Si vous m’aimiez, vous seriez dans la joie
puisque je pars vers le Père,
car le Père est plus grand que moi.
Je vous ai dit ces choses maintenant,
avant qu’elles n’arrivent ;
ainsi, lorsqu’elles arriveront,
vous croirez.
DĂ©sormais, je ne parlerai plus beaucoup avec vous,
car il vient, le prince du monde.
Certes, sur moi il n’a aucune prise,
mais il faut que le monde sache
que j’aime le Père,
et que je fais comme le Père me l’a commandé. »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement