Aleteia
La fête du jour

Dimanche 18 Juin
Sainte Elisabeth de Schönau

Visionnaire allemande (✝ 1164)

Moniale, elle s'efforça d'être aussi fidèle à sa vocation de prière que sa santé fragile le lui permettait. Elle était liée d'amitié avec sainte Hildegarde qui venait la visiter. On lui attribue à tort une vie légendaire de sainte Ursule. Par contre nous avons quinze lettres authentiques, dont une à sainte Hildegarde. Elle y parle des extases dont Dieu lui fait la grâce.
À Schönau en Rhénanie, l’an 1164, sainte Élisabeth, vierge moniale. Entrée au monastère à l’âge de douze ans, elle s’efforça, malgré sa santé délicate, d’observer exactement la Règle. Affligée de douloureuses peines intérieures, elle fut aussi comblée de faveurs mystiques.

Vous voulez découvrir d’autres histoires de saints ? Cliquez ici

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (6, 51-58)

En ce temps-là,
Jésus disait aux foules des Juifs :
« Moi, je suis le pain vivant,
qui est descendu du ciel :
si quelqu’un mange de ce pain,
il vivra éternellement.
Le pain que je donnerai, c’est ma chair,
donnée pour la vie du monde. »
Les Juifs se querellaient entre eux :
« Comment celui-là
peut-il nous donner sa chair à manger ? »
Jésus leur dit alors :
« Amen, amen, je vous le dis :
si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme,
et si vous ne buvez pas son sang,
vous n’avez pas la vie en vous.
Celui qui mange ma chair et boit mon sang
a la vie éternelle ;
et moi, je le ressusciterai au dernier jour.
En effet, ma chair est la vraie nourriture,
et mon sang est la vraie boisson.
Celui qui mange ma chair et boit mon sang
demeure en moi,
et moi, je demeure en lui.
De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé,
et que moi je vis par le Père,
de même celui qui me mange,
lui aussi vivra par moi.
Tel est le pain qui est descendu du ciel :
il n’est pas comme celui que les pères ont mangé.
Eux, ils sont morts ;
celui qui mange ce pain
vivra éternellement. »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement