Aleteia

test gallery

Click here to launch the slideshow

Si la guerre qui opposa la France au royaume de Prusse et ses alliĂ©s allemands fut brève (de juillet 1870 Ă  janvier 1871), elle fit pourtant germer une quantitĂ© incroyable de sanctuaires dans toute la partie Nord-Est du territoire français. Craignant l’invasion prussienne, de nombreuses communes prièrent ardemment le Ciel — et notamment la Vierge Marie dont les apparitions mariales de Lourdes de 1858 ont favorisĂ© la dĂ©votion — d’épargner leur village ou de faire revenir sains et sauf leurs enfants partis sur le front. La Vierge Marie n’est-elle pas apparue Ă  Pontmain (Mayenne), le 17 janvier 1871 ? Les premiers pèlerins y voyaient un signe de sa part tandis que les troupes prussiennes s’Ă©loignaient.

La guerre de 1870 a également été une période féconde pour le développement du Sacré-Cœur, favorisé par les fêtes de béatification de 1865 de Marie-Marguerite Alacoque. Si l’impératrice Eugénie, elle-même fervente catholique, avait tenté de consacrer la France au Sacré-Cœur de Jésus, sans succès, beaucoup d’évêques avaient pourtant entendu l’appel et avaient consacré leur diocèse à celui-ci au cours de la guerre franco-prussienne.

D’innombrables vœux exaucés

C’est ainsi que le 28 janvier 1871, alors que le pays sonne l’armistice, les paroisses Ă©pargnĂ©es exĂ©cutent ces promesses si ardemment formulĂ©es pour remercier le Ciel des vĹ“ux exaucĂ©s. Plusieurs dizaines d’églises, chapelles, statues fleurissent, principalement en Picardie, mais aussi dans les Ardennes, les Vosges ou encore le Jura. et le Maine. Si l’histoire de ces sanctuaires a parfois Ă©tĂ© oubliĂ©e, ils demeurent cependant des tĂ©moins vivants d’une guerre qui sonna la fin du Second Empire et rappelle, aussi et surtout, la foi ardente qui animait la France de la fin du XIXe siècle. Pour dĂ©couvrir une sĂ©lection de ces sanctuaires, cliquez sur le diaporama :

Lire aussi :