Aleteia

Un « happening » contre la GPA devant l’Assemblée nationale

LIONEL BONAVENTURE / AFP

Le collectif Marchons enfants a organisé ce dimanche 8 mars 2020 un série de happening anti-GPA dans toute la France à l’occasion de la journée des femmes.

Pour la journée internationale des droits des femmes, le 8 mars, et à quelques semaines du retour en commission spéciale à l’Assemblée nationale du projet de loi bioéthique, le collectif Marchons Enfants et ses associations partenaires se sont mobilisés pour dénoncer la gestation pour autrui à travers une série d’actions flash dans toute la France, au motif qu’elle est une véritable violence faite aux femmes.

 

 

 

À Paris, une centaine de jeunes femmes habillées en Marianne, arborant des bonnets phrygiens et poussant des caddies contenant des bébés en plastique, se sont dressées devant l’assemblée nationale, portant des bâillon pour signifier que les revendications d’une majorité de Français n’étaient pas considérées. « Un jour on se rendra compte que la France, en 2020, a créé toutes les conditions pour l’asservissement de la femme. La PMA sans père va avec la marchandisation du corps humain », a fustigé Ludovine de La Rochère, présente à Paris au côté de Pascale Morinière, présidente des Associations familiales catholiques (AFC).

« La gestation pour autrui est le summum du sexisme ! Qu’elles soient françaises ou étrangères, toutes les femmes ont droit à l’égalité. La dignité des femmes n’a pas de frontière », a-t-elle également lancé. « On doit défendre la dignité de la femme en France et à l’étranger. Il ne faut donc pas encourager le recours à des #GPA à l’étranger. Il y a urgence à lancer une initiative contre la #GPA à l’international ».

De nombreuses initiatives similaires ont eu lieu dans d’autres villes de France comme Tours, Lille, Montpellier, Lyon, Toulouse, Nîmes. Par ailleurs, chacun était invité à écrire au Président de la République pour l’appeler à retirer le projet de loi au moyen d’un site internet spécifique.

Lire aussi :