Aleteia

Et si vous adoptiez un chrétien d’Orient ?

web2-chretiens-orient-afp.jpg
Ahmad GHARABLI / AFP

Alors que la quête du Vendredi saint est traditionnellement consacrée à la Terre sainte et élargie depuis quelques années aux chrétiens d’Orient, le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Églises orientales, a récemment rappelé que si le soutien financier était essentiel pour résoudre de nombreux problèmes, « la prière et le soutien moral sont encore plus nécessaires ».

Non, il ne s’agit pas d’une nouvelle déclinaison de l’application AdopteUnMec mais plutôt d’une nouvelle intention à avoir en tête dans sa prière : et si vous « adoptiez » symboliquement un chrétien d’Orient… en priant pour lui tout au long de 2020 ? Chaque année, l’Église en Terre Sainte fait appel à la solidarité de l’Église universelle pour l’aider dans sa mission dans cette partie du monde cruciale pour les catholiques. Une collecte est traditionnellement organisée le Vendredi Saint à cet effet. Depuis quelques années, cette dernière est élargie à l’ensemble des communautés chrétiennes persécutées et à la survie des lieux saints. « Le Vendredi Saint se vit accrochés à la Croix, mais soutenus par la lumière de la Résurrection », explique le cardinal Leonardo Sandri, le préfet de la Congrégation.

Lire aussi :

« La Terre-Sainte est le lieu du dialogue, habitée par des hommes qui n’arrêtent pas de songer à construire des ponts, dans laquelle vivent des communautés chrétiennes où l’évangile de la paix est proclamé ». Concrètement, cette collecte, prise en charge par les franciscains de Terre Sainte, est partagée par le Vatican entre de très nombreux destinataires situés à Jérusalem, en Palestine, en Israël, en Jordanie, à Chypre, en Syrie, au Liban, en Égypte, en Éthiopie, en Érythrée, en Turquie, en Iran et en Irak. Elle sert à la fois à l’entretien des Lieux saints et aux œuvres pastorales et sociales en Terre Sainte. En 2018, elle avait ainsi permis de récolter 8,6 millions d’euros

« La générosité dont témoignent les catholiques envers leurs frères et sœurs du Moyen-Orient lors de cette quête peut résoudre de nombreux problèmes », a ainsi assuré le cardinal Leonardo Sandri. « Mais la prière et le soutien moral sont encore plus nécessaires ».