Aleteia

Coronavirus : la messe sera-t-elle célébrée dans votre diocèse ?

Le nombre des cas de nouveau coronavirus en France s’élevait à 577 vendredi 6 mars à 17h. De nombreux diocèses ont pris des dispositions pour prévenir l’épidémie, allant jusqu’à suspendre les messes dominicales.

Dans les départements de l’Oise et du Morbihan, les plus touchés jusqu’à présent par le coronavirus, des arrêtés préfectoraux interdisent les grands rassemblements dans les lieux confinés jusqu’au 14 mars. Les messes dominicales sont concernées. Mais les décisions évoluent au cas par cas, et certaines messes sont de nouveau autorisées en public. Rapide état des lieux.

BeauvaisAucune messe

Déjà suspendues le week-end dernier le diocèse de Beauvais a confirmé vendredi que les messes dominicales du 8 mars n’auront pas lieu en public. « Nous invitons les paroissiens à se réunir en petite fraternité pour prier, ou à suivre la messe à la télévision ou à la radio », suggère l’équipe diocésaine. Les messes en semaine sont néanmoins toujours maintenues, tant qu’elles sont dites en petit comité.

Lire aussi : Coronavirus : sans la messe, vivre la communion spirituelle

VannesReprise de certaines messes

Alors que toutes les messes publiques avaient été suspendues cette semaine, Mgr Raymond Centène, évêque de Vannes, a annoncé vendredi en fin de journée que des messes dominicales auraient finalement bien lieu dans certaines zones du diocèse. Dans les zones limitrophes du foyer épidémique, elles devront accueillir la moitié de la capacité d’accueil, en veillant à maintenir la distance adaptée entre les personnes présentes. En revanche, les messes publiques restent suspendues, à Brech, Crac’h, Auray, Carnac et Saint-Pierre-Quiberon, zone désignée comme le principal foyer.

ParisPas de nouvelles consignes

Le diocèse n’a donné aucune nouvelle consigne depuis le communiqué de presse de Mgr Michel Aupetit le 29 février dernier. Il est toujours demandé aux prêtres de privilégier la communion uniquement dans les mains des fidèles et de refuser de la donner dans la bouche.

Lire aussi : Communion dans la main, paix du Christ… le coronavirus change-t-il vraiment la messe ?

Dans les diocèses de Versailles, Lyon, Marseille, Rennes, Strasbourg, Metz, Valence, Créteil, Montpellier, Lourdes et Chambéry, l’eau des bénitiers a été vidée. Et il est également demandé aux fidèles de ne pas échanger à la messe de poignée de main en signe de paix, et de ne pas communier à la bouche. Le diocèse de Grenoble s’est également résolu à prendre des mesures similaires vendredi en fin de journée.