Aleteia

Coronavirus : de nombreux pèlerins ne peuvent plus se rendre en Terre Sainte

Les ressortissants de plusieurs pays européens touchés par l’épidémie de coronavirus ont désormais interdiction de se rendre en Terre Sainte et plusieurs sanctuaires, dont la basilique de la Nativité, ont été fermés.

Alors que l’épidémie de coronavirus continue de progresser dans le monde – 92.000 personnes contaminées et plus de 3.200 morts – le gouvernement israélien vient de mettre en place des mesures draconiennes pour prévenir sa propagation. Depuis ce mercredi 5 mars, les ressortissants de plusieurs pays européens, dont la France, ont interdiction de rentrer en Israël. Les autorités ont ainsi décidé « d’empêcher l’entrée de touristes et d’interdire à tous les hôtels de toutes les villes de recevoir des étrangers […] du 6 au 20 mars », a indiqué la ministre palestinienne du Tourisme, Roula Maaya. Si les citoyens de ces pays qui tenteront quand même de venir seront directement renvoyés dans leur pays, les Israéliens seront quant à eux placés en quarantaine pendant deux semaines.

Parmi les autres mesures prises par le gouvernement, on peut également noter la fermeture « par précaution », jusqu’au 20 mars au moins, de la basilique de la Nativité de Bethléem « après des cas suspects de coronavirus dans ce secteur ». Bâtie au IVe siècle par l’empereur romain Constantin sur le lieu où Jésus serait né, la basilique de la Nativité est l’une des églises les plus importantes de la chrétienté. Située en Cisjordanie occupée, elle accueille, chaque année, plus de deux millions de pèlerins. Le ministère palestinien de la Santé a également appelé les églises et mosquées, entre autres, à fermer par crainte de contagion du virus.

Lire aussi : « Épidémie du coronavirus ou épidémie de peur ? »