Aleteia

Aux États-Unis, le sort des chrétiens persécutés inquiète moins que le changement climatique

Selon une enquête menée pour l’Aide à l’Église en Détresse aux États-Unis, la persécution des chrétiens dans le monde est classée comme un problème moins urgent que la traite des êtres humains, la pauvreté, le bouleversement climatique ou encore la crise mondiale des réfugiés.

Un sondage mené par le cabinet McLaughlin & Associates pour le compte de l’Aide à l’Église en Détresse (AED) aux États-Unis auprès d’un échantillon de 1.000 catholiques montre que si plus de la moitié des catholiques américains se disent « très préoccupés » par la persécution des chrétiens dans le monde, ce niveau de préoccupation a fortement baissé au cours des deux dernières années. Ils étaient en effet 69% en 2018, pour 52% aujourd’hui, ce qui représente une baisse de près de 25%. Le pourcentage de catholiques américains qui pensent que cette persécution est très grave a quant à lui diminué de 11% en un an, passant de 46% en 2019 à 41% aujourd’hui.

Cette baisse du niveau de préoccupation  transparaît dans le classement des grands sujets mondiaux par ordre d’importance. La question des chrétiens persécutés est jugée moins préoccupante que la traite des êtres humains, la pauvreté, le changement climatique et la crise mondiale des réfugiés. Au niveau des pays où la persécution est jugée la plus forte, c’est l’Iran qui arrive en tête dans le classement, suivi par la Corée du Nord, l’Irak, la Syrie, le Pakistan puis l’Arabie saoudite.

Des résultats « révélateurs »

Pour George Marlin, président de l’AED aux États-Unis, ces résultats, s’ils sont décourageants, sont aussi « révélateurs ». « Il y a deux ans, le génocide de l’État islamique contre les chrétiens et les minorités en Irak et en Syrie commençait tout juste à décliner, mais les souvenirs de cette atrocité se sont estompés depuis ». Ce qui expliquerait une certaine baisse de l’inquiétude générale à ce sujet.

Lire aussi :

Comment réagir ? 69% des personnes interrogées ont jugé que la prière était « très importante ». Ont également été nommés la sensibilisation proposée au sein des paroisses (59%), les dons à des organisations d’aide (53%), et le fait de contacter les membres du Congrès (52%). Un peu plus d’un cinquième des personnes interrogées affirment que leur paroisse est « très engagée » sur la question, mais 20% d’entre elles estiment le contraire. « L’enquête montre clairement que les catholiques américains croient que l’Église de leur pays peut faire beaucoup plus pour alerter sur la gravité de la persécution des chrétiens », a conclu George Marlin. « Dans un monde où pas loin de 300 millions de chrétiens sont harcelés et persécutés à cause de leur foi, l’Église américaine doit simplement faire davantage pour informer les fidèles et les stimuler sur ces questions ».

Lire aussi :