Aleteia

Avant de tout lâcher pour devenir religieuse, elle était millionnaire

SAINT-KATHARINE-DREXEL-Public-Domain
Domaine public

Cette religieuse du XIXe siècle, héritière d’une immense fortune, aurait pu passer toute sa vie à jouir de sa richesse. Au lieu de cela, elle se livre sans compter au service des Indiens et des Afro-américains.

Canonisée en 2000 par Jean Paul II et fêtée le 3 mars, sainte Katharine Drexel, née au milieu du XIXe  siècle, est la fondatrice de la congrégation du Saint-Sacrement pour les Indiens et les personnes de couleur. Mais pour aller jusque-là, elle a dû renoncer à une coquette somme composée de plusieurs millions de dollars. Originaire de Philadelphie, cette Américaine naît dans une famille très fortunée… et très généreuse. Dès son plus jeune âge, on lui enseigne la valeur du partage. Son père, riche banquier philanthrope, dispose de quelque 15 millions de dollars qu’il partage à sa mort entre ses trois filles. Ce qui revient pour chacune d’entre elles à une immense fortune.

Un ordre missionnaire

Katharine aurait pu accepter une demande en mariage et passer le reste de sa vie les doigts de pieds en éventail. Mais la jeune femme se sent appelée à la vie contemplative. Après avoir échangé à ce sujet avec Mgr O’Connor, son conseiller spirituel, elle comprend à l’âge de 30 ans qu’elle est appelée à fonder une nouvelle communauté. Ce sera un ordre missionnaire dédié aux Indiens et aux Noirs américains. Elle utilise son argent pour cette œuvre nouvelle. Même la presse de l’époque s’en émeut, un journal de Philadelphie titrant : « Mademoiselle Drexel entre dans un couvent catholique et abandonne sept millions ».

La religieuse ouvre des écoles et des missions pour les Indiens et se préoccupe également du sort de la population noire qui vit dans un état misérable, malgré l’émancipation officielle des esclaves, se battant de toutes ses forces contre les préjugés raciaux. Au cours de sa vie, elle fonde une soixantaine d’écoles, dont la plus célèbre est la Xavier University, à la Nouvelle-Orléans, premier institut catholique d’études supérieures ouvert aux Afro-Américains.

Lire aussi :