Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Aleteia

La Vierge du Divin Amour, protectrice de Rome

Partager

CES IMAGES MARIALES DE ROME (1/5). Rome est connue des pèlerins du monde entier pour le Vatican et pour ses nombreuses églises baroques. Ce qui est moins connu, c’est que nombre d’entre elles abritent des images mariales, particulièrement vénérées par les habitants de la Ville éternelle. Découvrez aujourd’hui la Vierge du Divin Amour. C’est à une quinzaine de kilomètres au sud de la capitale italienne que se trouve le sanctuaire du Divin Amour, abritant une icône représentant la Vierge à l’Enfant, devenue au fil des siècles l’une des icônes mariales les plus vénérées de Rome.

Juin 1944. Rome sort de l’une des périodes les plus éprouvantes de son histoire récente. En plein conflit mondial et après avoir été occupée pendant neuf mois par les forces allemandes, la capitale italienne est enfin libérée le 5 juin par les Alliés. Le soulagement est immense, proportionnel à la dureté des combats qui se sont dernièrement déroulés.
Quelques jours avant, le vicaire du Christ sur terre ­— le pape Pie XII — a invité à prier une neuvaine à la Vierge, lui demandant de protéger la capitale italienne de la destruction. Le lendemain de ce 5 juin historique, un flot de Romains se déverse sur la place Saint-Pierre. D’une même voix, tous y acclament sous les fenêtres de ses appartements le pontife régnant depuis alors cinq ans et qui avait tant œuvré — y compris dans la discrétion — pour la paix de la cité.
Le 11 juin suivant, le pape Pie XII donne rendez-vous aux fidèles du diocèse, dont il est l’évêque en l’église de Saint-Ignace, en plein cœur du centre historique romain. Il vient y célébrer une messe de remerciement et de supplication à la Vierge Marie. Il veut lui confier une fois de plus la protection de la Ville éternelle.

« Ô ma Madone, pitié ! »

Après avoir enduré pendant quatre longues années les souffrances et les tourments d’une guerre si rude, les Romains sont rassemblés ce dimanche de juin 1944 pour remercier Marie de son intercession auprès de son divin Fils. « Notre Mère Immaculée a de nouveau sauvé Rome des dangers imminents », souffle le pape avec gratitude, et c’est pourquoi le cœur de chacun doit être rempli d’une « tendre gratitude envers Dieu et sa très pure Mère« . Pour l’occasion, dans la majestueuse église, une image est installée et portée à la vénération de tous. Une icône bien connue des Romains : celle de la Vierge du Divin Amour. Elle représente la Vierge à l’Enfant, surmontée d’une colombe symbolisant l’Esprit saint. Elle a été peinte après qu’un pèlerin se rendant à Saint-Pierre a été attaqué en route par des chiens enragés. Terrorisé, cet homme a levé les yeux au ciel et aperçu la Sainte Vierge. Il l’a imploré : « Ô ma Madone, pitié ! ». Et instantanément, les chiens se sont enfuis.

Lire aussi :


Au fil des siècles, les Romains continuent d’avoir recours en ce lieu à l’intercession de la Vierge du Divin Amour et le sanctuaire devint ainsi un lieu de pèlerinage. En 1745, le pape Benoît XIV ordonne même la construction d’une église sur le site du miracle, où les pèlerins affluent. Malheureusement, pendant la Seconde Guerre mondiale, ce sanctuaire est touché lors d’un bombardement et met fin aux dévotions. En ce beau dimanche de juin 1944, Pie XII redonne toute sa splendeur à cette icône et donne à la Vierge le titre de « Salvatrice de la Ville ». « Puisse Rome, de sa dure expérience de tant de malheurs, apporter sa lumière et sa force pour une vie meilleure tant du point de vue personnel, familial et collectif et, grâce à vous, redevenir un exemple de vraie civilisation chrétienne par la foi, vécue dans des œuvres de justice et dans un humble amour », lance-t-il confiant.

Reconstruction d’un nouveau sanctuaire, plus grand encore

Puis, solennellement, face aux fidèles italiens, le chef de l’Église catholique promet alors de construire une deuxième église, plus grande encore, pour accueillir les pèlerins. Cette dernière est inaugurée par le pape polonais Jean Paul II, le 4 juillet 1999. Après lui, ses prédécesseurs s’y rendront également : Benoît XVI en 2006 puis François en 2018. Le pape argentin est venu y prier le rosaire pour la paix pour la Syrie « bien-aimée et martyrisée » et « épuisée par une guerre qui ne voit pas de fin », et plus largement la paix dans le monde entier.
Plus récemment encore, à la veille de la Pentecôte 2019, devant les fidèles de son diocèse, l’actuel évêque de Rome a fait allusion à la messe voulue par Pie XII en action de grâce pour la protection maternelle de la ville de Rome. « Comme je voudrais que les gens qui habitent à Rome reconnaissent l’Église, nous reconnaissent pour ce surplus de miséricorde — et non pour d’autres choses — pour ce surplus d’humanité et de tendresse, dont il y a tant besoin ! », avait-il alors déclaré.

Les plus anciennes représentations de la Vierge Marie :
Top 10 d’Aleteia
  1. Les plus lus
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement