Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Aleteia

Une lettre du pape François remise à Bachar al-Assad

Partager

Une lettre du pape François a été remise au président syrien Bachar al-Assad par le cardinal Peter Turkson, préfet du Dicastère pour le service du développement humain intégral, ce 22 juillet 2019, a annoncé le nouveau directeur du Bureau de presse du Saint-Siège Matteo Bruni. Le pontife y fait part de sa « profonde préoccupation » concernant la situation humanitaire dans le pays.

Actuellement à Damas (Syrie), le cardinal Turkson a rencontré le chef d’État syrien dans la matinée, accompagné du sous-secrétaire qu’il préside, le père Nicola Riccardi, et du cardinal Mario Zenari, nonce apostolique en Syrie.

Des conditions dramatiques

Au cours de l’entretien, le préfet ghanéen a remis une missive à Bachar al-Assad signée du pape François. Ce dernier y exprime sa « profonde préoccupation » concernant la situation humanitaire en Syrie. Le pontife s’inquiète tout particulièrement des conditions « dramatiques » de la population civile d’Idlib, dans le nord du pays.

Lire aussi : Syrie : l’inquiétude des chrétiens syriaques-orthodoxes


Le pape François avait déjà envoyé une lettre au président Bachar al-Assad en 2016 pour promouvoir « une résolution pacifique » du conflit syrien. Il y appelait le président syrien et la communauté internationale à « mettre fin aux violences » dans le pays et y condamnait toute forme d’extrémisme et de terrorisme, « d’où qu’elle vienne ».

Plus de 230 civils tués

Fin avril, l’armée du gouvernement syrien, appuyée par l’aviation russe, a entamé une offensive contre la région d’Idlib, frontalière de la Turquie. Fief de Hayat Tahrir Al-Cham (HTS), ex-branche syrienne d’Al-Qaïda, mais aussi dernier bastion des rebelles contre le régime de Bachar al-Assad dans le conflit qui touche le pays depuis 2011.
Sur ces trois derniers mois, plus de 230 civils ont été tués, dont 69 femmes et 81 enfants, selon les Nations unies. Depuis le 1er mai, 330.000 personnes ont fui leurs maisons. Au moins 24 hôpitaux et cliniques, mais aussi 35 écoles ont également été touchés par des bombardements.