Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Aleteia

Notre-Dame des cyclistes, le sanctuaire du vélo

Partager

Véritable sanctuaire des coureurs cyclistes, la chapelle de Géou, renommée Notre-Dame des cyclistes, à La Bastide-d’Armagnac (Landes), dénote par sa singularité. À quelques heures du départ du Tour de France 2019, Aleteia vous raconte son histoire.

Les légendes du cyclisme sous le même toit. Jean Robic, Louison Bobet, Eddy Merckx, Bernard Hinault, Laurent Jalabert, Tom Boonen, Alberto Contador… tous ces noms qui résonnent dans le cœur des amateurs de la petite reine ont un jour fait don de leur maillot à la chapelle de Géou, dit aussi Notre-Dame des cyclistes. Ce sanctuaire situé à une trentaine de kilomètres au nord-est de Mont-de-Marsan abrite une étonnante collection de maillots des plus grands coureurs de l’immédiat après-guerre à aujourd’hui. « Ce sont plus de 700 maillots qui sont exposés ici en permanence, se réjouit auprès d’Aleteia Claude Nadeau, le président de l’association des Amis de Notre-Dame des cyclistes. Parmi eux, de très anciennes tuniques fabriquées en laine. « Certaines n’ont pas supporté l’humidité de la chapelle et ont été retirées, nous les avons retirées et nous avons installé une légère ventilation de la chapelle pour faire face à l’usure du temps. »

Lire aussi :


Ces maillots sont comme des ex-voto. Certains champions ont parfois joint à leur don une intention de prière ou des remerciements. « Ici, on invoque essentiellement Saint-Clair et le bienheureux Daniel Brottier», note Claude Nadeau. L’espace étant limité, 120 tuniques sont encore stockées dans des bacs en plastique et demeurent dans l’attente de pouvoir être exposées. L’entrée de la chapelle sert, elle, de lieu d’exposition à d’anciens modèles de vélo. On y retrouve celui de Léon Georget participant au premier tour de France en 1903 ou celui utilisé en 1927 par l’abbé Marladot, ex-curé à Labastide d’Armagnac.
Picasa | Picasa
L'intérieur de la chapelle de Géou

Les sanctuaires sportifs, une spécialité landaise

Si la chapelle de Géou a uni son destin au cyclisme, elle le doit à un homme passionné de sport, l’abbé Joseph Massie, régional de l’étape selon la formule consacrée empruntée au jargon du cyclisme. « Il a reçu son premier vélo à 5 ans et ses parents tenaient un magasin de cycles. Dans les années 1950, lors d’un voyage à vélo près du lac de Côme, il a découvert La Madonna del Ghisallo, une chapelle dédiée au cyclisme et érigée en Sanctuaire National par le pape Pie XII en 1948. Séduit, l’abbé Massie a alors décidé d’en imiter le concept dans la chapelle de Géou, où il avait l’habitude de célébrer des messes », raconte Claude Nadeau.

Lire aussi :


Le 11 mai 1959, un décret de la sacrée congrégation des rites faisait officiellement de la chapelle de Géou le Sanctuaire national des cyclistes. Sept jours plus tard, un lundi de Pentecôte, l’Évêque Monseigneur Matthieu présidait l’inauguration de Notre-Dame des cyclistes. Il ne s’agit pas du seul sanctuaire consacré aux sports dans les Landes, bien au contraire. Larrivière-Saint-Savin accueille Notre-Dame du rugby, Castel-Sarrazin Notre-Dame du basket et la commune de Bascons, Notre-Dame de la course landaise.
Picasa 3.0
La chapelle de Géou à La Bastide-d’Armagnac (Landes)