Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Aleteia

Le dôme du Val-de-Grâce retrouve ses anges sculptés

Partager

C’est l’un des plus gros chantiers de taille de pierre de France de ces dernières années. Les sculptures des anges et des génies du dôme de l’église du Val-de-Grâce (Paris), déposées pour certaines depuis 24 ans afin d’être restaurées, vont être remplacées par des copies qui sont actuellement en cours d’installation.

L’abbaye du Val-de-Grâce, fondée au XVIIe siècle par la reine Anne d’Autriche en reconnaissance de la naissance du dauphin, le futur Louis XIV, accueille aujourd’hui le musée et la bibliothèque du service de santé des armées ainsi que l’école du Val-de-Grâce. De nombreuses sculptures extérieures du dôme de l’église, réalisées par Philippe de Buyster au XVIIe siècle, ont été déposées ces dernières décennies en raison de leur état de dégradation préoccupant. Après plusieurs années de chantier, les copies réalisées par des artisans spécialisés, vont enfin être installées sur le dôme.

THIERRY ARDOUIN | THIERRY ARDOUIN

Des sculptures lourdement endommagées

Ces sculptures, représentant seize génies et huit anges, ont lourdement souffert de l’usure du temps, notamment de l’érosion et de la pollution atmosphérique. Beaucoup trop fragiles, elle ne pourront malheureusement pas être réinstallées. Mais participant à la silhouette de l’édifice, l’État a décidé qu’elles seraient remplacées par des copies. Les sculptures originales ont, quant à elles, été consolidées et nettoyées. Les autorités compétentes, conscientes qu’elles méritent cependant d’être visibles auprès du grand public, ont décidé qu’elles seraient installées en lieu sûr. Une partie des génies sera exposée dans le chœur des religieuses de l’église et les anges dans la crypte, sous la chapelle du Saint-Sacrement. Celles qui ne seront pas présentées seront conservées à l’abri dans un dépôt lapidaire prévu à cet effet.

THIERRY ARDOUIN | THIERRY ARDOUIN

Mené par l’OPPIC (L’Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la Culture), le chantier a été préparé soigneusement. Des modélisations par scan 3D ont été réalisées sur les sculptures originales afin de faciliter le travail des tailleurs de pierres. La taille directe a d’ailleurs été effectuée sur le site même, dans un atelier forain, afin d’éviter le transport des sculptures et les risques de dégradation. Les quatre entreprises de sculptures sont ainsi intervenues simultanément dans un contexte de rare émulation créatrice et patrimoniale. 400 heures de travail ont été nécessaires pour réaliser la copie d’un génie ce qui laisse imaginer l’ampleur du chantier. Ce vendredi 12 avril, les dernières sculptures viendront prendre place afin de rendre à l’un des dômes les plus célèbres de Paris, son faste d’antan.

Cliquez sur la vidéo pour découvrir les grandes étapes de la restauration :

Top 10 d’Aleteia
  1. Les plus lus
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
ciaone

Desde o início de nossas atividades, em 2012, o número de leitores da Aleteia cresceu rapidamente em todo o mundo. Estamos comprometidos com a missão de fornecer artigos que enriquecem, informam e inspiram a vida católica. Por isso queremos que nossos artigos sejam acessados por todos. Mas, para isso, precisamos da sua ajuda. O jornalismo de qualidade tem um custo (maior do que o que a propaganda consegue cobrir). Leitores como você podem fazer uma grande diferença, doando apenas $ 3 por mês.