Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Aleteia

Mais pourquoi ce village de 300 âmes a-t-il une église grande comme une cathédrale ?

Partager

Elle domine un village de 300 âmes et peut pourtant accueillir 4.000 fidèles en son cœur. L’église Saint-Sulpice-de-Favières, dans l’Essonne, a de véritables allures de cathédrale. Mais pourquoi a-t-elle été construite si grande ?

Petit village de moins de 350 habitants niché au cœur de la vallée de la Renarde, Saint-Sulpice-de-Favières n’a, à première vue, rien d’attrayant. Et pourtant, les marcheurs qui cheminent sur les routes de grandes randonnées se laisseront facilement surprendre en tombant nez à nez avec son église. Ici, pas de petite chapelle romane mais bien une immense bâtisse gothique digne des plus grandes cathédrales de France. Mais pourquoi un tel vaisseau au milieu de quelques centaines de maisons ?

Saint-Sulpice-de-Favières

Saint-Sulpice-de-Favières n’a pas toujours été ce tranquille petit village de l’Essonne. Au Moyen Âge, le village est le lieu où l’on vénère les reliques de saint Sulpice le Pieux, chapelain du roi Clotaire II et archevêque de Bourges. Né en 576, Sulpice passa toute sa vie, malgré ses charges officielles, dans la pauvreté et l’austérité, effectuant de nombreuses conversions et prenant soin des pauvres et des persécutés. Un jour, alors qu’il passait dans la région, il ressuscita un enfant dans le cours d’eau qui passe à côté du village. Par la suite, de nombreuses guérisons seront attestées et des reliques du saint seront apportées au village pour favoriser sa dévotion.

Un haut lieu de pèlerinage impulsé par saint Louis

C’est au XIIIe siècle que le village se transforme véritablement en un haut lieu de pèlerinage. L’un des plus importants du diocèse de Paris dont la petite paroisse faisait partie. Une transformation impulsée par le roi saint Louis, particulièrement attaché à cette dévotion. Le petit village commence à rayonner et la construction d’une nouvelle église paroissiale, beaucoup plus grande, est alors ordonnée pour accueillir les innombrables fidèles qui commencent à affluer. De là naît un véritable sanctuaire.

Saint-Sulpice-de-Favières

Édifiée pendant les dernières années de la vie du roi, l’église est construite à l’image des grands chantiers royaux de l’époque. Le style gothique rayonnant est adopté et le petit village, autrefois modeste, s’enorgueillit alors de posséder l’un des plus beaux édifices gothiques de la région. Au XVIIe siècle, l’abbé Claude Chastelain, connu pour sa passion des voyages, ira même jusqu’à écrire dans son Journal de ma vie que l’église de Favières est la « plus belle église de village de tout le royaume ». Elle fut d’ailleurs l’un des premiers édifices à être classés comme monument historique après la loi de 1840.

Lire aussi :

La fête du saint, fixée au 27 août, marquait chaque année le début de la saison du pèlerinage qui allait jusqu’à mi-septembre. Les reliques initiales, certainement dispersés lors des guerres de religion, furent remplacées aux XVIIe siècle par l’abbé de Saint-Sulpice de Bourges qui en donna de nouvelles. À l’époque, la paroisse de Saint-Sulpice, à Paris, était celle qui envoyait le plus de pèlerins au sanctuaire. En 1685, l’abbé François Bouvier, curé de la paroisse, et l’archevêque de Paris avait d’ailleurs fondée la confrérie de Saint-Sulpice qui regroupait les paroisses participant régulièrement au pèlerinage de Favières.

Un des collatéraux de Saint-Sulpice-de-Favières.

Un gouffre financier pour la commune

À la fin du XIXe siècle, le pèlerinage tombe en désuétude en raison du mauvais état de l’église. Aujourd’hui, la commune, malgré le faible nombre d’habitants et donc de financements, continue d’entretenir coûte que coûte ce joyau pour maintenir vivant le rayonnement spirituel mais aussi culturel de son église exceptionnelle. Pierres qui tombent, clocher abîmé… les travaux nécessaires sont importants et le budget colossal : 1 million d’euros. Des dépenses inenvisageables pour une commune qui fonctionne avec un budget de 300.000 euros par an. Après plusieurs mois d’efforts et de dossiers envoyés, le maire, Pierre Le Floc’h, a cependant réussi à soulever 90% de subventions en faisant appel à la Direction régionale des affaires culturelles et le conseil départemental. Mais le combat n’est pas fini. Désormais le maire espère que des âmes généreuses, à travers le mécénat ou les souscriptions publiques, viendront compléter ces efforts pour que Saint-Sulpice-de-Favières demeure à jamais « la plus belle église de village de France ».

En images : ces 10 églises les plus hautes de France
Lire aussi :
Top 10 d’Aleteia
  1. Les plus lus
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
ciaone

Desde o início de nossas atividades, em 2012, o número de leitores da Aleteia cresceu rapidamente em todo o mundo. Estamos comprometidos com a missão de fornecer artigos que enriquecem, informam e inspiram a vida católica. Por isso queremos que nossos artigos sejam acessados por todos. Mas, para isso, precisamos da sua ajuda. O jornalismo de qualidade tem um custo (maior do que o que a propaganda consegue cobrir). Leitores como você podem fazer uma grande diferença, doando apenas $ 3 por mês.