Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Aleteia

The parish church of Hollywood’s Catholic stars Primorski najstnik, ki je v svoji vasi obudil knjižnico: “Samo ‘jamrat’ na kavču ni dovolj”

Partager

Alors que pas moins de trois églises avaient déjà été victimes de dégradations en début de semaine dernière, deux autres ont été vandalisées au cours de ce week-end.

16
First item rich list First item rich list First item rich list First item rich listFirst item rich list

Les actes de vandalisme et de profanation dans les lieux sacrés ont continué au cours du dernier week-end, notamment dans des églises de Maisons-Laffitte (Yvelines) et de Dijon (Côte d’Or). Samedi 9 février, en début de matinée, à l’église Notre-Dame de Dijon, les hosties ont été répandues au sol, une nappe d’autel souillée et un missel déchiré. Mgr Roland Minnerath, archevêque de Dijon, a célébré une messe de réparation dans l’après-midi. Il a insisté sur l’importance de cette église située au cœur de la ville et particulièrement chère aux habitants.

Second item rich list

Third item rich list Third item rich list Third item rich list

Le lendemain, dans l’église Saint-Nicolas de Maisons-Laffitte, c’est le tabernacle qui a été renversé. Selon une représentante du diocèse qui a répondu aux questions d’Aleteia, on n’a cependant « aucun signe qui montre que ce sont des actes anti-catholiques ». « Les églises sont toujours ouvertes et l’on sait bien qu’il y a souvent des gens fragiles qui y entrent », précise-t-elle. Et si cet acte « n’est pas à prendre à la légère », il faut cependant le replacer dans un contexte général de violence « qui exprime probablement un mal-être général ».

Le préfet des Yvelines réagit

S’il s’agit bien d’une profanation pour l’église Notre-Dame de Dijon, ce n’est pas le cas à Maisons-Laffitte. En effet, le droit canonique définit la profanation comme « des actions gravement injurieuses » commises dans des lieux sacrés « au scandale des fidèles » et qui sont considérées comme « si graves et contraires à la sainteté du lieu qu’il ne soit pas permis d’y célébrer le culte tant que l’injure n’a pas été réparée par le rite pénitentiel prévu par les livres liturgiques » (canon 1211 du code de droit canonique).

Ces événements ont fait réagir aussi bien les fidèles que le clergé et les représentants de l’État, tels que Jean-Jacques Brot, préfet des Yvelines. Pour l’abbé Grosjean, cette violence est « grave ». Il affirme qu' »elle blesse beaucoup de croyants dans leur foi ». Le cardinal Sarah invite quant à lui les évêques, les prêtres et les fidèles à « garder la force et le courage ».

Lire aussi : Être heureux, « voilà la première réalité de la vie chrétienne »

Top 10 d’Aleteia
  1. Les plus lus
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement