Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Aleteia

Planifier les relations sexuelles avec son conjoint, bonne ou mauvaise idée ?

Partager
Commenter

D’aucuns s’écriront de laisser place à la spontanéité, certains déploreront la fin de tout romantisme, d’autres encore penseront que c’est une idée pathétique ou totalement désespérée. Et pourtant, c’est bien le conseil que donnent des spécialistes du couple. Ainsi, Olivier Florant, sexologue au cabinet Saint-Paul à Paris et conseiller conjugal au CLER Amour et Famille, préconise de consacrer une heure et demie par semaine à un moment intime avec son conjoint.

« Je ne crois pas à la spontanéité », précise Olivier Florant à Aleteia. « Quand on est marié et père de famille, quand on est stressé, préoccupé par son travail, si on ne prévoit pas des créneaux pour des moments romantiques et sexuels, alors on ne fait plus l’amour ! On est trop fatigué pour ça ! » Car selon lui, la sexualité demande de prendre son temps. « Si l’on veut que la sexualité soit l’expression d’un amour interpersonnel, il faut prendre son temps, sinon elle se réduit à un coït hygiénique vite fait. » Raison pour laquelle il conseille à ses patients de se retrouver à deux une heure et demie par semaine. « Cela permet au couple de se poser, de discuter, d’abord, de façon à entrer en contact d’âme à âme, d’établir un bon contact émotionnel, de montrer que l’on s’intéresse à l’autre. »

Lire aussi :

Une histoire de chauffe-eau

Pour lui, la spontanéité, dans le domaine de la sexualité, ne veut pas dire grand-chose et voici pourquoi. Il compare le désir masculin à un chauffe-eau à gaz, en veilleuse 24 heures sur 24, et le désir féminin à un chauffe-eau électrique, qu’il faut allumer en amont. Vous avez compris l’image, chez l’homme, il s’agit plus de régularité du désir que de soudaine spontanéité, et chez la femme, il est bienvenu de prendre le temps de raviver le désir, donc il ne s’agit pas non plus de véritable spontanéité.

« Quand on est amoureux, les seules choses qui manquent sont le temps et l’endroit pour se retrouver. Quand on a des enfants, des emplois du temps surchargés, cela ne s’improvise pas, donc il est nécessaire de programmer », conclut Olivier Florant. Sans compter que prévoir des moments intimes avec son conjoint ne place ni l’un ni l’autre dans la désagréable position de celui qui quémande de l’affection.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
ciaone

Desde o início de nossas atividades, em 2012, o número de leitores da Aleteia cresceu rapidamente em todo o mundo. Estamos comprometidos com a missão de fornecer artigos que enriquecem, informam e inspiram a vida católica. Por isso queremos que nossos artigos sejam acessados por todos. Mas, para isso, precisamos da sua ajuda. O jornalismo de qualidade tem um custo (maior do que o que a propaganda consegue cobrir). Leitores como você podem fazer uma grande diferença, doando apenas $ 3 por mês.