Aleteia

La Chartreuse : l’élixir de saint Bruno

Share
Comment

Cent trente plantes sont nécessaires à sa fabrication. C'est tout ce que l'on sait, aujourd'hui encore, de la recette de la Chartreuse, cette liqueur qui fait vivre les pères Chartreux...

Saint Bruno, né à Cologne vers 1030 fut professeur à l’école-cathédrale de Reims, mais il choisit de quitter le monde et les honneurs afin de vivre pour Dieu seul. Attiré dans la région de Grenoble par la réputation du jeune évêque qui deviendra saint Hugues, celui-ci l’incite à s’installer dans un lieu complètement isolé, au fond de la vallée. Bruno et six de ses amis y créeront un petit ermitage.

900 ans plus tard, la Chartreuse est devenue un impressionnant ensemble de bâtiments entouré de murs dont seuls dépassent les austères toitures d’ardoise, maison mère d’un ordre monastique contemplatif qui regroupe 19 maisons de Chartreux avec environ 370 moines, et 5 maisons de Chartreuses avec environ 75 moniales.

Des moines dans la solitude de la montagne

La grande Chartreuse ne se visite évidemment pas, c’est la règle des Chartreux, mais on peut se faire une idée des lieux et du mode de vie des moines au musée de la grande Chartreuse, où sont reconstituées des cellules dans le cadre magnifique des bâtiments de l’ancienne Correrie, qui fut du XIIe au XVIIe siècle la demeure des frères Chartreux. C’est dans la pharmacie de celle-ci qu’au XVIIIe siècle, le frère Maubec réussit à mettre en œuvre la formule contenue dans un mystérieux manuscrit offert par le Maréchal François Hannibal d’Estrées, en 1605 aux pères Chartreux de la Chartreuse de Vauvert à Paris.

La Chartreuse, un élixir de longue vie

Pour obtenir cet élixir aux si puissantes vertus, les pères Chartreux doivent se procurer cent trente sortes de plantes différentes. Certaines sont macérées dans de l’alcool, d’autres distillées puis combinées entre elles pour aboutir à cette liqueur d’un vert presque fluorescent… et naturel ! Sa commercialisation dans un flacon protégé de la lumière dans un étui de bois, se fait par un frère à dos de mulet et reste donc limitée aux proches villes de Grenoble et Chambéry, où il devient populaire.

Cet élixir est toujours commercialisé de nos jours, sous le nom d’Élixir Végétal de la Grande Chartreuse. Il titre à 69° et se consomme au compte-gouttes, sur un sucre ou pur.

La Chartreuse verte et ses déclinaisons

À partir de l’élixir, les Chartreux développent rapidement un digestif au goût original qu’ils diffusent à partir de 1764  sous le nom de liqueur de santé, à condition bien évidemment de la déguster avec modération ! C’est un digestif et un tonic très efficace qui doit sa couleur verte presque fluorescente bien que naturelle, à la chlorophylle ! C’est la plus forte, avec un goût d’herbes plus prononcé, et son degré d’alcool est de 55°.

Elle se décline également en Chartreuse jaune, version plus douce de la liqueur puisqu’elle titre 40°, et est commercialisée à partir de 1838. La Chartreuse jaune doit sa couleur au safran. Ils réalisent également des cuvées spéciales en faisant vieillir la liqueur dans des futs de chêne au sein de la plus grande cave à liqueur du monde à Voiron.

YouTube I Les Caves de la Chartreuse

Le secret bien gardé de la Chartreuse

Les 18 tonnes de plantes nécessaires chaque année sont livrées au Monastère de la Grande-Chartreuse à Saint-Pierre de Chartreuse. Dans la “salle des plantes”, les plantes séchées sont triées, broyées, pesées et mélangées selon la recette de 1605. Puis, elles sont livrées à la distillerie de Voiron dans des grands sacs numérotés. Seuls deux moines maîtrisent le processus de fabrication de la liqueur aux 130 plantes. Pas de formule brevetée ni protégée… qui exigerait de rendre publique cette dernière au bout de 70 ans ! La complexité de la recette a, jusqu’à présent, suffit à la garder secrète bien que de multiples contrefaçons aient essayer de la reproduire sans jamais y arriver !

AFP PHOTO I JEAN-PIERRE CLATOT
Frère Jean-Jacques, l'un des deux seuls moines qui connait la recette secrète de la chartreuse.

Des cocktails très actuels à base de Chartreuse

Bien que généralement dégustée en digestif sur un lit de glaçons pour en faire ressortir les arômes, la Chartreuse entre dans la composition d’un nombre croissant de cocktails, parmi lesquels certains sont devenus traditionnels comme le  Green chaud : un trait de chartreuse verte dans une tasse de chocolat chaud bien crémeux. L’Episcopale demande deux doses de chartreuse jaune pour une dose de verte tandis que le Cardinale  se réalise à l’inverse avec deux doses de chartreuse verte pour une dose de jaune. Pour la Chartreuse tonic, placez dans un verre de 20 cl, 1/5 de chartreuse verte, 4/5 d’eau tonique et beaucoup de glaçons. Le Café grenoblois se fait dans une tasse avec 2/3 de café, 1/3 de chartreuse verte. Et le Marseillais est égal à 1/3 de chartreuse verte, 1/3 de pastis, 1/3 de bière.

La nouvelle distillerie d’Aiguenoire, qui ouvrira en 2020, pour perpétuer ce savoir-faire, a encore un grand avenir !

Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]