Aleteia

Saint Michel, archange de la liberté

Share
Comment

L’avant-première mondiale d’un grand spectacle musical sur saint Michel s’est tenue à Rome : décapant !

Un sens aigu de la mise en scène, mélange des chevaliers de la Table ronde et du Puy du Fou, sur fond d’une lutte dramatique entre saint Michel et Lucifer : telle est la recette du succès de “Saint Michel, ange de l’Apocalypse”, œuvre musicale et scénographique grandiose, largement applaudie lors de sa présentation le 29 septembre dernier.

L’auteur, Simone Martino, a réussi l’ambitieux pari de marier un thème éternel – l’affrontement personnifié du bien et du mal – avec des “sentiments profondément actuels”, explique-t-il. La question de la liberté est ainsi le pivot de cette œuvre contemporaine : liberté de servir Dieu ou de le refuser. Tout comme est résolument moderne la solitude exprimée par Satan après sa chute…

L’idée de cet opéra moderne est venue à Simone Martino alors qu’il regardait un vitrail de la basilique Saint-Jean-de-Latran, à Rome, représentant l’archange saint Michel en guerrier et défenseur de la volonté divine. “J’ai senti que je devais faire un spectacle sur l’archange”, raconte-t-il, lui qui a déjà plusieurs œuvres du genre à son actif.   

Sous le patronage du Conseil pontifical de la culture, Simone Martino a eu la sagesse de se faire conseiller par un prêtre italien à Paris, le père Gaëtan Saracino. Il ressort ainsi de son opéra musical un message d’espérance, affirme-t-il, celui du bien vainqueur du mal, “juste signification du terme “Apocalypse”, qui est une révélation de la vérité”.

Rappelant les “mystères” du Moyen Âge, la pièce a été jouée en avant-première pour la fête de l’archange saint Michel, dans la magnifique église de la Minerve, à Rome. Là même où est enterré le bienheureux Fra Angelico, saint patron et modèle des artistes chrétiens.   

Ce spectacle, à ranger au niveau des grands spectacles musicaux, n’a point la pureté “angélique” du moine peintre florentin du Moyen Âge. Mais son efficacité n’en est pas moins redoutable…    

Car s’il fallait une illustration moderne des bienfaits du combat spirituel, la voici ! Au terme de cet affrontement entre le prince de la milice céleste, Michel, et l’ange déchu et rebelle, dont l’interprétation ébouriffante est une des clefs de l’efficacité du spectacle, l’enfer se présente définitivement comme un repoussoir… 

Découvrez la page officiel Facebook du spectacle ici.

Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]