Aleteia

Les trucs à savoir pour ne pas rater sa formation chrétienne sur internet

© Glenn Carstens-Peters / Unsplash
Share
Comment

"Catéchisme", "Droit canonique", "Bible", "Jésus"… Sur bien des sujets de culture religieuse ou de foi, des formations chrétiennes sont proposées sur le Net. Cours à distance ou MOOC sont des moyens commodes de se former chez soi. Pour tirer tout le bénéfice de ces formations de qualité, voici quelques conseils.

Vous souhaitez enfin comprendre la lettre de Saint Paul aux Philippiens ? Le Cetad (Centre d’enseignement de théologie à distance) propose un cours d’un mois sur le sujet. Vous résidez en Afrique ? Vous pouvez suivre par exemple “In-Theo“, une formation initiale en théologie à l’Institut Catholique de Toulouse.

La formation chrétienne à distance n’est pas une nouveauté, les facultés de théologie l’ont mise en place pour les étudiants qui ne pouvaient pas se déplacer. Ce type de formation débouche sur une attestation, un certificat voire même sur un véritable diplôme universitaire. Quant à son coût, il varie selon les cours et les facultés qui les dispensent.

Les MOOC cathos en revanche sont récents. Cet acronyme signifie en anglais “massive open online course ». Ce sont des cours généralement gratuits qui s’adressent au grand public, ce qui ne signifie pas que leur contenu est bas de gamme ! Le principe : chaque semaine, l’auditeur reçoit une vidéo avec un cours, suivi d’une série de questions permettant de s’assurer que le cours est bien compris. A la fin du MOOC qui peut durer un ou plusieurs mois, un système de validation est mis en place. Autour de chaque parcours, des communautés se forment. Un forum permet aux étudiants d’échanger ou de poser leurs questions.

Ces MOOC rencontrent un succès croissant :

• 6000 participants à celui de l’ICP sur “la loi des hommes et la loi de Dieu“.
• 6000 pour les deux premiers MOOC du Collège des Bernardins sur “de l’Ancien au Nouveau Testament” et “les sacrements”,
• 8500 pour le troisième intitulé “Jésus, l’incomparable”
• 6000 déjà pour le prochain MOOC du collège des Bernardins qui commence le 2 octobre sur “une histoire biblique des origines – Dieu a-t-il raté sa création ?”.
• De son côté, le service de la catéchèse du Diocèse de Paris vient de lancer “le MOOC des catéchistes“. Les inscriptions sont en cours.

Simples à utiliser, ces nouveaux modes de formation en ligne offrent des connaissances aux chrétiens ou aux personnes curieuses de la foi. Mais pour pouvoir en profiter pleinement, ils nécessitent un minimum d’investissement. Florian Quittard est chef de projet MOOC au Collège des Bernardins. Voici ses conseils :

1. Etre assidu, en suivant les semaines de cours au fur et à mesure de leur mise en ligne. Un retard même s’il est rattrapable peut parfois décourager. Cela permet en outre de suivre l’actualité du cours et facilite l’interaction entre étudiants mais aussi entre étudiants et enseignant.

2. Profiter dans la mesure du possible des ressources pédagogiques proposées. Si elles sont facultatives, elles ne sont pas moins secondaires. Elles enrichissent et approfondissent le cours tout en guidant l’étudiant au fil de l’enseignement.

3. Lire quelques discussions du forum chaque semaine. Les questions et réponses s’avèrent bien plus intéressantes que l’on pourrait le croire. C’est même une véritable extension du cours et un lieu fort sympathique de partage, d’échange.

4. Informer son curé. S’il sait que l’on suit un cours en ligne, gratuit et ouvert à tous sur tel ou tel thème, il souhaitera peut-être former un groupe de travail ou en parler aux autres paroissiens pour qu’ils s’inscrivent à leur tour (s’ils ne le sont pas déjà).

5. Suivre le MOOC à plusieurs. SINOD est une communauté d’apprenants qui invite à une expérience ecclésiale collective. Etre derrière son ordinateur ne signifie pas être seul(e), comme le prouve le témoignage de nombreux inscrits.

Vous avez les clefs pour mener à bien un projet de formation chrétienne sur le web. A vous de choisir laquelle !

Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]