Aleteia

Le Saint-Siège parmi les premiers États à ratifier le Traité d’interdiction des armes nucléaires

Share
Comment

"Il faut s’engager pour un monde sans armes nucléaires" : telles étaient les paroles du Pape le 25 septembre 2015 à l'Onu. Le 20 septembre 2017 à New York, le secrétaire du Saint-Siège pour les relations avec les États, Mgr Paul Richard Gallagher, a signé et ratifié le Traité sur l'interdiction des armes nucléaires qui sera établit une fois que 50 États l'auront ratifié.

Adopté par l’assemblée générale des Nations unies en juillet dernier, le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires a été ouvert à signature et ratification le 20 septembre. Le Saint-Siège fait partie des trois premiers États à l’avoir ratifié avec le Guyana et la Thaïlande. Il s’agit du premier traité international interdisant aux parties toute activité en lien avec des armes nucléaires. Il a été boycotté par de nombreux États, notamment ceux de l’Otan. Il doit entrer en vigueur dès lors que 50 pays l’auront ratifié.

Mgr Gallagher a par ailleurs participé à l’Onu le même jour à une conférence visant à faciliter l’entrée en vigueur d’un autre traité portant sur les essais nucléaires, le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (Ticen). Il a regretté “deux décennies perdues pour le but commun vers un monde sans armes nucléaires” : adopté en 1996, ce traité n’est toujours pas entré en vigueur. Il doit encore être ratifié par huit États, notamment les États-Unis et la Corée du Nord.

Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]