Aleteia

La consécration des États à Jésus par Marie, source de grâce pour les peuples

Share
Comment

S’ajoutant à une liste de pays déjà conséquente, les évêques d'Écosse viennent de consacrer leur pays au Cœur Immaculé de Marie, le 3 septembre. Tour d'horizon des nations qui ont franchi le pas.

Au nord de l’Angleterre, 5 000 fidèles n’ont pas eu peur de braver la fameuse pluie écossaise, début septembre, pour assister à la consécration solennelle de leur pays au Cœur Immaculé de Marie par leurs évêques. La cérémonie, présidée par l’archevêque de Glasgow, Mgr Philip Tartaglia, a eu lieu au sanctuaire de Carfin (Écosse). Dans la formule de consécration, où il s’adressait à la Mère de Dieu, l’archevêque a parlé au nom de tous : « Nous te consacrons l’Écosse, tout ce que nous aimons et tout ce que nous avons. À toi, nous donnons nos esprits, nos cœurs, nos corps, nos âmes, et nous nous mettons nous-mêmes à ton service, nos familles, nos communautés ». Qualifiant cette journée d’ « historique », de « grande fête » pour le pays et pour toute l’Église catholique.

De fait, en Europe, beaucoup de grandes nations catholiques ont prononcé cette consécration par le passé. C’est le cas de  la France, consacrée à Dieu par les mains de Marie le 10 février 1638, selon le vœu du roi Louis XIII. Le Portugal, quant à lui, fut confié à Marie dès 1644. Deux ans plus tard, Marie est déclarée reine du Portugal, sous le vocable de son « Immaculée Conception ». Ce qui explique, au passage, pourquoi le souverain portugais a refusé depuis lors de porter une couronne…

L’Allemagne, pourtant protestante, est consacrée à Dieu par Marie au cours de l’année mariale de 1950, par le cardinal Frings. Ce sera ensuite l’Irlande en 1979, en présence de Jean Paul II. Plus récemment, le 18 février 2017, l’Angleterre et le Pays de Galles ont été consacrés au Cœur Immaculé de Marie, par le cardinal Vincent Nichols, archevêque de Westminster.

Au-delà des frontières européennes, en Amérique du Sud, on peut citer le Pérou en 2016, avant lui le Venezuela et le Chili. En Afrique, mentionnons également le Zimbabwe, le Mozambique, et le Ghana, qui a renouvelé cet acte au cours de l’année. Le Congo s’est lui consacré au Cœur Immaculé de Marie le 4 février 2017, en présence du cardinal Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège.

Sans oublier, au Moyen-Orient, le Liban en 2013 et l’Irak en 2003, avec tous les patriarches et évêques des différentes Églises chrétiennes du pays, devant la statue de la Vierge « Reine de la Paix ».

Une longue tradition

L’acte de se consacrer à la Vierge Marie, ou, pour être plus exact, « à Dieu, par Marie », remonte à saint Bernard de Clairvaux, qui parlait d’elle comme le “canal” de la grâce, et à saint Jean Eudes. Il a ensuite été rendu populaire au début du XVIIIe siècle par saint Louis-Marie Grignion de Monfort. Dans son Traité de la Vraie Dévotion à la Sainte Vierge, celui-ci invite les chrétiens à remettre toute leur personne à Marie, en contrepartie de quoi la Sainte Vierge s’engage à veiller sur eux.

Au XXe siècle, la consécration au Cœur Immaculé de Marie a été un des grands messages des apparitions à Fatima en 1917, toujours actuel selon Benoît XVI. La Sainte Vierge dira ainsi aux trois jeunes bergers, dont deux ont été canonisés en mai dernier par le pape François : pour sauver les âmes du péché, « Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur immaculé ». Ajoutant qu’après bien des tribulations, son Cœur Immaculé « triomphera ».

Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]