Aleteia

La Chine prend de nouvelles dispositions pour encadrer les religions

Share
Comment

De nouvelles dispositions prises par le gouvernement chinois pour "renforcer la sécurité nationale" doivent entrer en vigueur en février 2018. Elles prévoient notamment un "durcissement" des mesures à l’encontre des communautés religieuses.

Le texte adopté le 7 septembre dernier, selon l’agence Asianews de l’Institut pontifical des missions étrangères, précise à de nombreuses reprises que “seul le contrôle d’en haut — des bureaux pour les affaires religieuses à tous les niveaux : national, provincial, de comté, de ville ou village — rend une religion visible et acceptable”. Il prévoit ainsi un “durcissement” des mesures à l’encontre de communautés religieuses qui organiseraient des “événements non-autorisés” ou accepteraient des dons provenant de l’étranger. Le non-respect de ces dispositions serait sanctionné par de fortes amendes ou des “punitions selon la loi”.

Un réveil religieux devenu incontrôlable

L’été dernier, les autorités locales de quatre provinces chinoises ont déjà donné le ton de ces nouvelles mesures en interdisant aux communautés catholiques et protestantes d’organiser des activités comme des camps de vacances pour les enfants ou simplement de les emmener à la messe. Mais comme le souligne un article du site Églises d’Asie, ce resserrement du contrôle sur les religions est déjà actif depuis des années, et en trois ans il se serait intensifié, marqué par le lancement d’une campagne d’abattage de croix et d’édifices religieux considérés comme illégaux, dans la province du Zhejiang, au sud de Shanghai. Fin août, des fidèles de l’église de Wangcun, dans le Shanxi, ont tenté de protéger leur église de la destruction par les autorités.

Aujourd’hui, nombreuses sont les voix en Chine qui dénoncent une volonté de Pékin d’anéantir les “communautés souterraines”, fidèle au Pape, et d’étouffer les “communautés officielles”, soumises au parti communiste chinois. Elles s’appuient sur le fait qu’en Chine les attentats de matrice “religieuse” se comptent sur les doigts de la main et le plus souvent perpétrés par des sectes dénombrant à peine quelques milliers d’adhérents. Un nombre dérisoire par rapport aux 500 millions de croyants de différentes religions que compte le pays. D’autres évoquent “un réveil religieux de la Chine désormais incontrôlable”, rapporte Asianews. À titre d’exemple, selon une recherche de l’université de Shanghai, au moins 60% des étudiants seraient intéressés à connaître le christianisme et le nombre de jeunes allant au catéchisme dans les communautés officielles et souterraines sont en croissante augmentation.

Avertissement au Vatican ?

Dans des propos recueillis par La Croix, Emmanuel Lincot, professeur à l’Institut catholique de Paris (ICP) et spécialiste de la Chine, explique qu’ “en visant également les communautés chrétiennes, les autorités du pays essaient peut-être d’envoyer un avertissement au Vatican, pour l’appeler à ne pas s’engager plus loin dans la polémique autour de la nomination des évêques”. Églises d’Asie soulignait à ce propos en juin dernier que depuis le passage à Rome d’une délégation chinoise chargée de négocier un accord entre l’Église catholique et le régime chinois, les échanges entre le Saint-Siège et Pékin laissaient entrevoir de “sérieuses divergences” quant à l’espace de liberté que la Chine populaire serait prête à concéder aux catholiques chinois.

Tags:
chine
Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]