Aleteia

Comment deux médecins polonais ont trompé les nazis

Share
Comment

La Fondation internationale Raoul Wallenberg recherche actuellement des survivants ou des proches de survivants afin de pouvoir retracer en détail cette histoire incroyable.

Pendant l’occupation de la Pologne par les nazis, deux médecins, le Dr. Eugene Lazowski et le Dr. Stanisław Matulewicz, sont parvenus à sauver 8 000 personnes des camps de travail en mettant en place un stratagème pour duper les nazis : ils leur ont fait croire à une épidémie de typhus touchant la ville de Rozwadow.

Cette idée leur vient suite à une découverte du Dr. Lazowski : en inoculant à un individu en bonne santé des bactéries mortes responsables du typhus, celui-ci présente des résultats positifs aux tests de dépistage de la maladie sans souffrir d’aucuns de ses symptômes. Or les nazis avaient une peur bleue du typhus. Ils craignaient qu’une épidémie de cette maladie extrêmement contagieuse ne vienne perturber la production de leurs camps de travail ou ne les touche eux-mêmes. Sachant cela, les deux médecins mettent leur plan à exécution.

En collaboration avec la résistance polonaise, les médecins inoculent à la population de Rozwadow une bactérie morte et inoffensive du nom de Proteous OX-19. En réaction, le système immunitaire se met alors à créer des anticorps marqueurs d’une infection au typhus. Le plan fonctionne à merveille.

Les patients sont testés positifs au typhus et toute la zone est placée en quarantaine. Ainsi, tous les habitants ont été sauvés des camps. Les médecins n’inoculent pas la bactérie aux juifs, car ceux-ci auraient été automatiquement tués s’ils avaient été suspectés d’avoir contracté la maladie.

Le stratagème manque d’être découvert

Cependant, grâce à “l’épidémie”, les juifs se trouvent dans une sécurité relative dans la mesure où les nazis désertent la zone touchée par le Fleckfieber, de peur d’être contaminés par cette maladie mortelle. Le Dr. Lazowski, qui vit près du ghetto juif, s’occupe également de soigner les juifs en secret, bien que cela ait été interdit par les nazis.

Le stratagème manque d’être découvert quand il apparaît clairement que la maladie n’avait provoqué que très peu de morts. Des inspecteurs nazis envoient des médecins éclaircir cette affaire. Le Dr. Lazowski les reçoit en leur servant un banquet de spécialités et de boissons polonaises avant de les faire passer dans une pièce sale où se trouvaient des patients visiblement malades. Les médecins nazis sont alors convaincus que l’épidémie est bien réelle.

La Fondation internationale Raoul Wallenberg, une ONG qui mène des recherches sur l’Holocauste, espère recueillir des témoignages de personnes qui pourraient en savoir plus sur les actions des Dr. Lazowski et Matulewicz.

Après la guerre, le Dr. Lazowski est parti vivre aux États-Unis où il mourut en 2006 après une brillante carrière de professeur en pédiatrie à l’Université de l’Illinois à Chicago. Il écrit ses mémoires intitulés Prywatna wojna (Ma guerre privée). La Fondation internationale Raoul Wallenberg ne sait pas ce qu’il est advenu de son collègue, le Dr. Matulewicz.

“Nous prions toute personne ayant survécu grâce à leur aide ainsi que les proches de survivants de prendre contact avec notre association. Nous nous ferons une joie de recueillir votre important témoignage. Vous pouvez nous contacter de préférence par mail à l’adresse irwf@irwf.org” ont indiqué récemment Eduardo Eurnekian et Baruch Tenembaum, l’un président et l’autre fondateur de l’organisation, dans un communiqué de presse.

Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]