Aleteia

L’héritage catholique et français de la Louisiane

Share
Comment

Devenue membre des États-Unis en 1803, l’État de Louisiane a occupé une place particulière sur le continent américain. Francophone et catholique, elle regorge d’anecdotes la liant à la patrie de Molière.

Actuellement sous la menace de la tempête Harvey, la Louisiane occupe une place particulière dans l’esprit de bon nombre d’Américains. En particulier de par l’héritage qui la lie à la France.

Les “paroisses”

La Louisiane est, avec l’Alaska, le seul État à ne pas être divisé en comtés. Si le second est subdivisé en « boroughs », la patrie de Louis Armstrong est la seule à se diviser en paroisses. 64 paroisses constituent la Louisiane et beaucoup d’entre-elles portent des noms bien français comme « La Fourche, La Salle et La Fayette ». La religion catholique y est pratiqué autant que le protestantisme (26% contre 27% en 2015). Largement au-dessus de la moyenne nationale.

Symbolique 

Jusqu’en 1861, son drapeau était identique au tricolore français avec une couronne d’étoile blanche en haut à gauche. Si, en 1912, le pélican américain l’a remplacée, la symbolique européenne est toujours bien présente puisque l’image du pélican, s’ouvrant le cœur devant ses oisillons, est un symbole venant tout droit de… l’Europe médiévale ! Son instrument de musique symbole reste, par ailleurs, l’accordéon diatonique. N’en déplaise aux puristes, le jazz n’a pas réussi à détrôner l’instrument français par excellence.

La langue française fait de la résistance

Si l’anglais est aujourd’hui la langue ultra majoritaire (91,47% en 2010), le français est encore parlé par 2,80% des Louisianais. De plus, le français « cadien » est encore utilisé par 0,51% de la population en 2010. D’après les linguistes, cet idiome serait un dérivé du français tourangeau, mayennais et angevin. Véritable carrefour de la population francophone mondiale, la Louisiane a toujours été une terre d’accueil pour les créoles, les haïtiens, les acadiens et les habitants de Saint-Domingue. Il n’y a donc pas un français mais bel et bien plusieurs…

Le français fait donc de la résistance malgré un décret de 1916 interdisant cette langue. La Nouvelle-Orléans, ville la plus peuplée de l’État et sa capitale, Bâton Rouge, sont encore des témoins du passé français de la région.

Chronologie

  • 1682 : un explorateur français, René-Robert Cavelier de La Salle descend le Mississipi jusqu’à son embouchure et découvre ce territoire qu’il appellera “Louisiane” en l’honneur de Louis XIV.
  • 1762-1763 : perdante de la guerre de Sept Ans, la France perd la Louisiane qui sera partagée entre anglais et espagnols.
  • 1768 : les Louisianais se révoltent, créent une République libre et envoient une délégation à Versailles.
  • 1800 : l’Espagne rend la Louisiane à la France par le traité de San Ildefonso.
  • 1803 : Sans consulter l’Assemblée, le premier consul Napoléon Bonaparte vend la Louisiane aux États-Unis pour cinq millions de dollars (plus 10 millions pour La Nouvelle-Orléans). Encore aujourd’hui, cette vente est considérée comme illégale par bon nombre de spécialistes.
Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]