Aleteia

Pourquoi déménage-t-on à la Saint Michel ?

© Shutterstock
Statue de saint Michel à Paris
Share
Comment

"A la Saint Michel, tout le monde déménage" dit le proverbe ! Mais pourquoi cette date est-elle liée aux changements de domicile ?

Saint Michel est l’un des trois archanges au service de Dieu. C’est même le “prince des anges”, celui qui commande aux “armées célestes”. On le fête le 29 septembre… mais aussi parfois le 16 octobre en souvenir de la dédicace du Mont à Saint-Michel. En France, cette date marque l’arrivée de l’automne, mais surtout la fin des travaux agricoles. C’était donc au Moyen-âge, la période où la qualité des récoltes était connue, et les cours établis. Aussi, traditionnellement, c’est à cette date que fermiers et métayers payaient le fermage et le métayage. C’est également à cette période, que prenaient fin les contrats des ouvriers agricoles qui devaient se trouver un nouvel engagement pour l’année suivante et changeaient alors de ferme.

Foire Saint-Michel

Au Moyen-âge, les foires étaient un moment intense de la vie commerciale. Elles avaient lieu une fois par an à date fixe et pouvaient durer de trois à six semaines. La période qui suivait les récoltes, une fois les greniers pleins, était forcement propice à cette manifestation, aussi se tenaient-elles souvent à la Saint-Michel. A Étampes, la foire se tient d’ailleurs à la Saint-Michel depuis 1147, à Caen depuis 1470… Aujourd’hui encore à Louviers, se tiendra cette année la deux cent douzième édition de la foire Saint-Michel tout comme à Brest ou à Saint-Brieuc, où la Saint-Michel donne lieu à des déballages dans toute la ville.

Vaine pâture

Autre pratique moyenâgeuse qui avait pour date de départ la Saint-Michel, celle de la vaine pâture. Ce droit d’usage qui permet de faire paître gratuitement son bétail en dehors de ses terres, dans les bords des chemins, les friches, les “terres vaines et vagues”, permettait aux plus pauvres de la communauté d’entretenir du bétail même sans posséder de terre. Mais ce droit a disparu lorsqu’on a clôturé les terres cultivées à partir du XIXè siècle. Pourtant, on pratiquait encore la vaine pâture en Franche Comté dans les années 1960. Aujourd’hui, le seul endroit où cela se fait est l’île d’Ouessant. Après les récoltes, à la Saint Michel, on relâche les moutons qui étaient attachés depuis le premier mercredi de février. Ainsi, jusqu’aux semailles de l’année suivante, ils pourront brouter en toute liberté l’herbe rase des dunes.

 Saint Michel, le saint patron des parachutistes

Saint Michel est le patron le patron de nombreuses professions, en particulier des parachutistes depuis qu’en 1944, lors du Débarquement, les parachutistes qui sautèrent sur le maquis de Saint-Marcel en Bretagne, avaient reçu de leur aumônier une petite médaille de saint Michel, cet archange combattant descendu du ciel pour tuer les dragons malfaisants venus des enfers. Après de durs combats, les paras durent se cacher, en civil pendant un temps, avant de pouvoir reprendre le combat. Leur seul signe de ralliement était alors la médaille de saint Michel. Depuis ce jour, tous les parachutistes ont adopté saint Michel pour saint patron.

Fête des Normands

C’est aussi à l’heure de la réunification de la Normandie, que la date de la Saint-Michel qui a été choisie pour fêter la nouvelle région. A la manière de la Saint-Yves des Bretons ou la Saint-Patrick des Irlandais, depuis 2013, les initiatives se multiplient pour célébrer l’identité normande chaque année à la Saint-Michel, lui qui apparut à Aubert, l’évêque d’Avranches en 708 pour que ce dernier construise un sanctuaire sur le mont Tombe. Depuis, l’archange veille depuis le sommet de l’abbaye sur toute la Normandie…

Tags:
agenda
Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]