Aleteia

Comment se faire de nouveaux amis ?

© Shutterstock
Share
Comment

Elargir son cercle d'amis, à l'âge adulte, cela peut parfois être compliqué... Voici 3 astuces imparables pour démarrer une conversation, et espérer transformer une rencontre en une amitié durable !

C’est si simple de se faire des amis quand on est enfant, il suffit presque d’avoir la même paire de chaussures que son camarade de classe pour devenir inséparables… Par contre à l’âge adulte, c’est une autre histoire, voire même un véritable défi.

Lors des premières conversations, il est facile d’éviter de poser des questions et simplement de parler de soi. Après tout, c’est naturel de penser que si l’on pose trop de questions, on donne l’impression d’être curieux ou de soumettre notre interlocuteur à un interrogatoire, n’est-ce pas ? Mais une nouvelle étude de Harvard a montré que les personnes ont envie de mieux connaître ceux qui les laissent parler la majeure partie du temps lors des premières conversations. En d’autres termes, plus nous posons de questions, plus nous faisons bonne impression.

La recherche sur la façon de former de nouvelles amitiés s’est concentrée sur l’idée de réactivité. La réactivité est un ensemble de comportements qui répondent aux besoins et au désir de l’interlocuteur. Lorsque nous avons le sentiment que quelqu’un réagit à ce que nous disons, nous avons tendance à apprécier cette personne. La réactivité se compose de : la compréhension, la validation et l’attachement.

Dans leur étude, Karen Huang et ses collègues de Harvard, se sont rendus compte que ces trois composantes de la réactivité apparaissaient au moment de poser des questions. Quand quelqu’un parle de ses centres d’intérêt ou de ses passions, la meilleure façon de mieux les comprendre est de poser des questions. De cette manière, on valide les idées et les opinions de la personne, et on montre également que l’on se soucie d’elle et de ce qu’elle pense.

“Dans les trois études concernant les conversations dyadiques en direct, a déclaré K. Huang, nous avons identifié une relation solide et cohérente entre le nombre de questions posées et la sympathie : les personnes qui posent plus de questions, en particulier des questions complémentaires, sont plus appréciées par leur interlocuteur.”

Si vous avez des difficultés à vous faire des amis, vous n’êtes pas le(a) seul(e) ! Voici 3 conseils pour améliorer votre réactivité et rencontrer de nouvelles personnes plus facilement !

1. Ne pas poser de questions profondes trop rapidement

Quand on rencontre de nouvelles personnes, on peut être tenté(e) de laisser tomber le papotage et de préférer plonger immédiatement dans une conversation profonde, surtout si on est habitué(e) à aborder des sujets complexes avec nos amis. Mais lorsqu’on vient à peine de rencontrer quelqu’un, il est recommandé de poser d’abord des questions concernant ses passions, sa famille ou sa scolarité par exemple, afin de mieux le/la connaître.

Ensuite, on peut utiliser ces réponses comme tremplin pour approfondir la conversation avec des questions complémentaires, qui montrent à la personne que nous écoutons ce qu’elle dit. Et le meilleur dans tout cela ? Il est plus facile de poser des questions que d’y répondre ! Inutile de penser à ce que l’on va dire ensuite ou d’avoir peur des silences gênants. Au lieu de cela, on a l’occasion d’écouter et d’apprendre quelque chose de nouveau !

2. Se souvenir du contexte

Le contexte est la clé pour savoir quelles questions poser à notre interlocuteur à mesure que l’on apprend à le connaître. Lorsque l’on comprend ses antécédents, on peut adapter nos questions à sa situation. Stephen Covey, auteur du livre “Les 7 habitudes des gens très efficaces”, écrit”Cherchez d’abord à comprendre, ensuite à être compris.” Lorsque l’on est en mesure de définir le contexte d’une conversation, on est en mesure de poser des questions authentiques et pertinentes. Et parce que l’on est authentique et réactif, la conversation peut prendre un tour totalement différent de celui qu’elle aurait pris si l’on avait raconté une anecdote, ou interrompu notre interlocuteur pour lui donner des conseils.

Le contexte de la conversation nous donne également des indications sur les sujets à aborder. Si l’on vient de rencontrer quelqu’un lors d’une soirée entre amis et que l’on lui pose des tonnes de questions sur son travail, la conversation pourrait ressembler davantage à un entretien qu’à une réunion décontractée.

Pratiquer la “recherche de contexte” est quelque chose de très intéressant. Lorsque l’on aborde une conversation sans avoir besoin de répondre à des questions ou sans devoir chercher une réponse “intelligente”, la discussion est beaucoup plus fluide.

3. Poser des questions ouvertes

Rien ne stoppe une conversation plus vite, que des questions auxquelles on ne peut répondre que par oui, ou par non. Ces questions servent à connaître des faits et non pas une personne. Les questions ouvertes permettent de réfléchir et d’exprimer nos sentiments et nos pensées.

Donc, au lieu de demander à une personne si elle est de la région, demandons-lui plutôt ce qu’elle aime le plus faire dans la ville où elle vit. Des questions authentiques et réfléchies montrent notre réactivité lors des premières conversations.

Tags:
amitie
Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]