Aleteia

Relation père-fille : un lien essentiel pour bien grandir

© Shutterstock
Share
Comment

La confiance en soi des femmes est construite à un très jeune âge, et dépend en grande partie de la relation avec son père. Comment appréhender la relation père-fille, et ainsi trouver le bon équilibre qui lui permettra de s'épanouir en tant que femme ?

Le lien entre un père et sa fille sera déterminant pour sa vie d’adulte : il peut permettre de construire une femme indépendante, consciente non seulement de sa beauté mais aussi de sa valeur mais il peut aussi la rendre méfiante et bourrée de complexes…

Lors de la naissance d’une petite fille, le lien avec la mère existe déjà. Il est indéniable et évident en raison de la coexistence biologique pendant les neuf mois de grossesse. Il est également logique de par leur ressemblance physique et psychologique : elles se conjuguent toutes deux au féminin.

Le père aura donc d’emblée deux obstacles de plus à surmonter. Sans parler des complications supplémentaires :
– pour un père qui rêvait justement d’un fils, une éventuelle déception,
– les limitations liées à la cohorte de croyances à propos d’un sexe que l’on appelle encore faible.

Élever un enfant est un engagement difficile, pour chacun des deux parents, mais pour un père avec sa fille, c’est aussi un défi. Les psychologues sont d’accord, c’est particulièrement dans cette relation père-fille, que prend racine le regard que nous aurons sur la femme que nous deviendrons. C’est aussi ce qui va nous guider dans la manière de construire nos relations avec les hommes…

Montrer l’exemple ?

Pour une petite fille, le père est le premier modèle du genre masculin. L’estime de soi des petites filles se construit (entre autres) dans la qualité de la relation avec leur père. C’est donc une formidable empreinte sur l’entièreté de leur personnalité. C’est de là que vient en grande partie la confiance en elle que la petite fille aura. Ainsi, elle pourra devenir une femme indépendante, consciente de sa beauté et de sa valeur globale. Sans cet appui, elle risque de devenir plutôt méfiante et complexée.

La relation d’une fille avec son père est particulièrement importante. C’est un socle sur lequel, devenue femme, elle construira ses relations avec les hommes. Tout simplement parce que cette relation père-fille est la première relation mixte pour la fille, relation qui restera donc toute sa vie un point de référence. Bien sûr cela n’est pas systématique. D’ailleurs, la croyance populaire que les femmes sont en recherche d’un père est rarement juste, à défaut d’être fausse.

L’expérience de la relation au père peut en effet être à la fois attractive et répulsive. C’est elle qui modélisera l’approche générale des hommes : peur, dépendance, indépendance, dialogue et partenariat, domination ou manipulation.

Le cas du père absent

Si la relation entre un père et sa fille est mauvaise voire inexistante, les répercussions seront nombreuses dans sa vie d’adulte. Tant dans son monde intérieur (estime de soi écornée, problèmes émotionnels) que dans sa sphère relationnelle (en particulier dans la manière dont elle va traiter les hommes). Par exemple lorsqu’un père est dominant et autoritaire cela va soit construire une forme de fascination de sa fille pour les hommes et leurs capacités, soit éveiller sa jalousie, lui donnant la haine et le désir de les punir, risquant de la conduire à développer des relations instables, avides d’émotions extrêmes.

D’un autre côté, la jeune fille qui a été couverte d’affection excessive de la part de son père, peut adopter le message inconscient que tous les hommes sont faibles et soumis, laissant peu de place à la confiance et une faible probabilité quant à la création d’une relation équilibrée.

Il se peut aussi que le père ait été indisponible, inatteignable physiquement ou sentimentalement. La petite fille de cette catégorie d’hommes ayant été privée d’amour dans la relation au père, sera en manque. Elle luttera pour obtenir tout ce qui lui a fait défaut, profitant plus tard de sa sexualité. Croyant que pour être aimée il faut être à la hauteur, qu’elle doit mériter ce qui lui manque. Elle pourra s’engager très rapidement dans des relations avec des hommes qui lui auront manifesté un minuscule et faible intérêt et les liens construits ne seront pas basés sur la réciprocité.

Ce ne sont que quelques scénarios possibles…

N’oublions pas le fait que la relation père-fille (sauf dans des cas exceptionnels) n’est pas la relation exclusive de deux personnes, mais l’un des côtés d’un triangle formé avec la mère. C’est en observant la relation de ses parents que la petite fille (et plus tard la femme) se fait une image des relations hommes-femmes. Pour cela, un bon père sera celui qui montre, à travers sa relation avec son épouse, comment on doit traiter sa femme. Par ailleurs, la petite fille devra comprendre le plus tôt possible, en général aux alentours de trois ans, qui est la « femme de la vie » de son père. Elle doit comprendre qu’il ne s’agit pas d’elle-même, mais bien de sa mère. Le père qui préfère sa fi-fille, ou pire crée une coalition contre la mère, fait en réalité beaucoup de tort à son enfant.

Comme l’enfant s’identifie au parent du même sexe, l’échec de cette concurrence pour sa mère va nuire à une étape essentielle de son développement.

Si vous êtes père…

Peu importe l’âge de votre fille, essayez d’encourager son estime de soi en lui montrant votre amour et votre respect. Soyez présent quand elle en manifeste le besoin. Trouvez le temps de l’écouter. Faites preuve d’intérêt pour ses activités, ses passions, ses idées mais aussi pour ses sentiments, ses désirs et ses peurs.

D’autre part, respectez son jardin secret, en lui aménageant son propre espace et en sachant écouter ses désirs au bon moment, pour ménager son indépendance. Encouragez la à exprimer le fond de sa pensée (et pas la vôtre) et acceptez là comme elle est.

Rappelez-vous aussi que, peu importe que vous soyez toujours marié à sa mère, il est essentiel que votre fille constate que vous traitez sa mère avec bonté et respect. Votre fille a besoin d’une image féminine de valeur, digne d’être bien traitée, pour être en mesure de se construire.

Si vous êtes la fille de…

Bien sûr, vous ne pourrez pas changer le passé. Il est impossible de réécrire le scénario de la relation à votre père. Par contre, une fois adulte, il y a des actions possibles.

La première étape étant d’identifier les stocks d’expérience dans la relation à votre père et de comprendre comment cela vous affecte au présent; relevez vos croyances en jugeant vos attitudes et vos réactions, notamment face au sexe opposé. Ensuite, il convient d’examiner à quel point ces expériences passées influencent (en favorisant/en empêchant) votre estime de soi et la construction de relations intimes. Si cela aide, c’est parfait ! Vous pouvez en être reconnaissante à votre père.

Par contre si ce n’est pas  le cas, rien n’est perdu. Apprenez que, en tant que femme mûre et consciente d’elle-même, vous pouvez dépasser ces messages qui autrefois vous semblaient la seule manière de vivre (ce qui était impossible dans l’enfance). Il n’est pas toujours nécessaire de faire appel à des professionnels, bien que cela puisse aider certain(e)s. Parfois, il suffit de se référer à d’autre relations, celles qui vous ont nourri et construite autrement; par exemple avec votre mère, votre grand-père ou votre  grand frère…

Rappelez-vous aussi que les relations que nous créons à l’âge adulte peuvent effacer les traces de certaines expériences destructrices de l’enfance, à condition qu’elles soient constructives et permettent de se reposer dessus dans la confiance.

> Cet article est une traduction de la version polonaise d’Aleteia

Tags:
enfant
Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]