Aleteia

L’héritage du cardinal Lustiger, dix ans après sa mort

Meneham Kahana | AFP
Share
Comment

Le 5 août 2007, le cardinal Jean-Marie Lustiger rejoignait la Maison du Père. Jean Duchesne, qui a travaillé longtemps à ses côtés, nous livre ses souvenirs.

Aleteia : Dix ans après sa mort, quels sont les traits les plus marquants que vous retenez de la vie du cardinal Lustiger ?
Jean Duchesne : Ce qui reste le plus parlant est peut-être le titre qu’il a donné à son livre autobiographique : Le Choix de Dieu. Cela peut s’entendre de trois manières. Il y a d’abord, dans le droit fil de la Révélation, l’initiative divine, le choix fait par Dieu d’un homme qui sera en quelque sorte son héraut. Puis il y a le choix, fait par celui qui a été ainsi appelé, de se consacrer entièrement à servir le dessein de Dieu. Enfin il y a les adhésions de tous ceux auxquels cet élu a fait comprendre qu’ils étaient eux aussi choisis et appelés à entrer dans l’élection, non pas passivement, mais en en relayant l’appel par l’exemple de leur vie aussi bien que par la parole. Aucun de ces choix n’est évident. C’est flagrant dans le cas d’Aron Jean-Marie Lustiger, qui a découvert le Christ pratiquement tout seul, que la Shoah a privé de sa mère et qui est devenu contre toute attente cardinal-archevêque de Paris. Sa voix a résonné bien au-delà des milieux ecclésiaux qu’il a re-dynamisés en leur donnant de nouveaux moyens : Radio Notre-Dame, l’École Cathédrale, le Séminaire, de nouvelles églises futuristes, les JMJ de 1997, KTO, les Bernardins, etc. La liste de ses œuvres est longue.

Vous avez déclaré qu’il était un homme de la parole avant d’être un homme de l’écrit. Il y avait chez lui une urgence de la prédication ? Est-ce depuis la chaire qu’il a finalement bâti l’essentiel son œuvre ?
À l’exemple du Christ qui n’a rien écrit, le père Lustiger a effectivement donné la priorité à la prédication. Les publications, mais aussi la communication audiovisuelle, en sont les prolongements, un peu de même que l’Esprit saint a veillé à ce que la Loi et les prophètes ne restent pas une tradition purement orale et à ce que les évangélistes puis les missionnaires rendent objectivement accessibles les paroles de Jésus. Il faut ajouter que la prédication était pour lui partie intégrante de la liturgie où le Christ se rend présent et actif sans rester muet ni attendre que ses ministres se contentent d’accomplir mécaniquement les rites.

On le disait d’un caractère rugueux. Vous qui l’avez côtoyé de près, qu’avez-vous pu deviner du Lustiger des profondeurs ?
Le cardinal s’impatientait devant les conformismes en tous genres, qui lui semblaient des paresses aussi bien intellectuelles que spirituelles. Ce n’était pas simplement une belle intelligence critique et le recul d’une réflexion informée par des lectures vraiment tous azimuts. C’était essentiellement un effort presque farouche pour entrer dans « les pensées de Dieu » par la méditation de sa Parole, avec l’aide de maîtres tels que saint Ignace de Loyola, et surtout par la célébration des sacrements qui mettent en œuvre cette Parole.

Quelle était l’influence de son parcours de juif converti dans son approche de la foi ?
Le père Lustiger était un juif non pas converti, mais baptisé. Il ne pouvait pas ne plus être fils d’Israël. Son parcours a certainement contribué à la redécouverte de l’enracinement du christianisme dans le judaïsme. Mais c’est bien avant, sans attendre Vatican II et avec le renouveau biblique dans l’exégèse, la théologie, la liturgie et la spiritualité, que cette ré-appropriation avait commencé. Il l’a confirmée en l’incarnant par son symétrique : en donnant l’image d’un juif se reconnaissant chez lui dans le christianisme.

En 2006, le cardinal déclarait « le progrès de l’Église ne consiste pas à s’adapter à la société telle qu’elle devient, mais à lui apporter la force de l’Évangile ». Il invitait plus loin les chrétiens à « avoir le courage d’être à contre-courant ». Quel pourrait être son héritage pour les chrétiens d’aujourd’hui ?
Je ne crois pas du tout que le cardinal Lustiger ait prêché uniquement pour que les chrétiens aillent à contre-courant. Il leur a au contraire demandé de montrer à la culture européenne et occidentale qu’elle risquait de perdre ce qu’elle avait de plus fécond si elle oubliait qu’elle l’avait reçu de la Bible et de l’Évangile.

Propos recueillis par Thomas Renaud. 

Jean Duchesne est exécuteur littéraire du cardinal Lustiger, il est aussi membre du conseil scientifique de la Fondation Jean-Marie Lustiger dont vous pouvez retrouver l’actualité ici.

Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]