Aleteia

Cameroun : les obsèques de Mgr Bala, entre grande émotion et vives tensions

Share
Comment

Ce mercredi 2 août ont eu lieu les obsèques de Mgr Bala, l'évêque de Bafia dont le corps a été retrouvé le 2 juin dernier dans les eaux du fleuve Sanaga. L'occasion pour la Conférence épiscopale du Cameroun de soutenir de nouveau la thèse de l'assassinat contre la version officielle de la "noyade accidentelle".

Au Cameroun, les obsèques de l’évêque de Bafia, Mgr Jean-Marie Benoît Bala, se sont tenues le 2 août, à la cathédrale Notre-Dame des Victoires à Yaoundé, la capitale, en présence de milliers de fidèles, deux mois après son décès – par “noyade accidentelle “, selon la version officielle de la justice ; “brutalement assassiné”, selon l’Église locale. Tout l’épiscopat était présent, le nonce apostolique ainsi que des centaines de prêtres, face à un parterre de membres du gouvernement, dont le ministre de la Justice représentant Paul Biya, le chef de l’État. Émotion, crispation, indignation… Ces mots reviennent inlassablement sous la plume des journalistes locaux qui, depuis la découverte du corps sans vie de Mgr Bala dans les eaux du fleuve Sanaga, mettent en avant “le grand flou” qui entoure cette affaire, dans un pays où la liste des “morts suspectes” chez les religieux ne cesse de s’allonger.

Ambiance crispée

“L’évêque a été brutalement assassiné”, a encore clamé Mgr Joseph Essomba Akonga, le secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun, au cours de son homélie en dénonçant du même coup “les forces obscures qui combattent l’Église”. “Qui tuent les prêtres dans ce pays ?”, s’est-il interrogé sous un tonnerre d’applaudissements. L’évêque, comme le reste de l’épiscopat camerounais, est fermement convaincu que « quelque chose d’anormal s’est produit » et qu’étant un bon nageur, Mgr Bala n’aurait pas pu se noyer, quoi qu’en disent les conclusions officielles des enquêtes judicaires. Le corps de l’évêque de Bafia n’a été rendu à l’Église que le 17 juillet dernier. La théorie du suicide ou de la noyade accidentelle a été vivement rejetée par l’épiscopat qui a annoncé vouloir porter plainte contre X pour assassinat.

“En quoi l’Église vous gêne-t-elle ?”

Mgr Akonga, au milieu de plusieurs anecdotes liées à la vie du défunt, a encore une fois indiqué que Mgr Bala était un excellent nageur : « Plusieurs fois nous sommes allés passer des week-ends chez les pères pallotins. Et pendant que vous vous démeniez encore à la plage, Jean-Marie vous faisait des signes à des centaines de mètres déjà au milieu de la mer… Jean-Marie ne pouvait pas se noyer. Non ! La vie est sacrée, il ne nous appartient pas d’y toucher ». Et la terrible question, à la fin de l’homélie, à tous « ceux qui, tapis dans l’ombre, veulent toujours faire du mal…. En quoi l’Église catholique vous gêne-t-elle ? », qui a tétanisé l’assemblée, rapporte le site koaci.com. « Le vrai pouvoir, a rappelé le célébrant, ignore la violence. Le vrai pouvoir construit la paix. Le vrai pouvoir promeut le développement de l’homme entier ». « Notre Église est livrée aux forces des ténèbres. Livrée aux forces des ténèbres d’une part par des suppôts de Satan, d’autre part par certains faux membres de cette Église… innombrables bienfaiteurs et sympathisants qui veulent la détruire de l’intérieur », a-t-il dénoncé avant de conclure fermement : « L’Église catholique restera toujours forte ».

À la fin de la cérémonie, la dépouille de Mgr Bala a aussitôt pris la route de Bafia, à 150 kilomètres de Yaoundé, où l’évêque exerçait son ministère depuis près de quinze ans. Selon le programme officiel, une messe devait être dite toutes les trois heures à la cathédrale de Bafia. L’inhumation, ce jeudi 3 août, après la messe de requiem, devait avoir lieu dans la plus grande discrétion.

En prélude aux célébrations funéraires, la province de Yaoundé avait organisé du 31 juillet au 1er août un triduum de prière. Très affecté par la mort de son ami et confrère, rapporte le quotidien La Croix, Mgr Sosthène Bayemi évêque d’Obala, près de Bafia, lui a rendu un émouvant hommage: “Je voudrais juste te dire adieu, À Dieu, à nous revoir”, écrit l’évêque dans une lettre illustrée d’une photo le représentant aux côtés de Mgr Bala. “Je voudrais te dire, Voisin, que je sors grandi de ce cauchemar avec la certitude que le rocher de la foi sur lequel le Seigneur a fondé son église résistera toujours aux forces des ténèbres.”

Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]