Aleteia

Neymar, un joueur de foot chrétien de plus à Paris ?

Share
Comment

L'attaquant du FC Barcelone serait à deux doigts de s'engager au PSG et de devenir par le même coup le joueur le plus cher du monde. L'occasion de revenir sur le parcours de ce fervent chrétien.

Le feuilleton de l’été semble toucher à sa fin. Neymar, superstar du football brésilien, pourrait devenir le joueur le plus cher de l’histoire. Alors que le Paris Saint-Germain (PSG) affirme depuis des semaines qu’il est prêt à lever la clause libératoire fixée à 222 millions d’euros par son club actuel, le FC Barcelone, une source proche affirme que l’attaquant aurait « décidé de quitter le Barça ». C’est en tout cas ce qu’a affirmé ce lundi 31 juillet BeIN Sports au Moyen-Orient, groupe télévisuel basé à Doha, où Neymar est réputé très proche du PSG, dont les patrons sont eux-mêmes Qataris.

Après une tournée avec le club catalan, qui s’est soldée par trois victoires contre la Juventus Turin, Manchester United et le Real Madrid, le Brésilien de 25 ans n’est pas rentré avec ses coéquipiers, mais s’est rendu en Chine pour des opérations commerciales. Alors que les Blaugranas doivent reprendre l’entraînement ce mercredi 2 août, il est probable que Neymar, convoqué comme les autres, ne soit pas de la partie. Le club a même déjà bloqué le paiement d’une prime de 26 millions d’euros, « déposés chez un notaire en attendant de savoir si le joueur reste ». La venue à Paris du Brésilien, fervent chrétien, paraît de plus en plus évidente.

« Une source de la direction du FC Barcelone confirme que Neymar va quitter le club » 

« La religion est tout pour moi (…) Dieu m’a toujours aidé, tout ce que j’ai, c’est lui qui me l’a donné. Je le remercie tous les jours. Je n’ai pas trop le temps d’aller au culte en ce moment, mais dès que je peux, je fais une petite escapade à l’église baptiste que je fréquente depuis que je suis enfant » expliquait Neymar en 2013, au moment de sa signature à Barcelone. Aujourd’hui, le joueur reverse 10% de ses revenus à l’église pentecôtiste de São Vincente, dont le pasteur lui avait prédit à 14 ans qu’il deviendrait un des meilleurs joueurs du monde. Si jeune Neymar da Silva Santos Junior déménage toutefois avec sa famille à Santos, où il porte le maillot du meilleur club de la ville, comme un certain Pelé avant lui, il n’oublie jamais son église.

Neymar, « 100% Jésus »

En 2009, Neymar signe au FC Santos son premier contrat professionnel. Son ascension est rapide. En 2010, il remporte avec son club la Coupe du Brésil et connaît sa première sélection nationale. Il s’impose alors très rapidement comme un cadre de la Seleção. En 2011, toujours avec Santos, il gagne la Copa Libertadores, équivalent de la Ligue des Champions en Amérique du Sud. Tous les clubs européens s’intéressent alors au prodige, le Real Madrid en tête. Il décide néanmoins de rester au Brésil, afin de gagner en maturité. C’est en 2013, qu’il choisit de s’exiler en rejoignant le FC Barcelone, club où évolue l’Argentin Lionel Messi, alors triple Ballon d’Or. Un transfert qui fait du bruit pour de mauvaises raisons. L’opération financière fait l’objet d’une enquête et le président du Barça, Josep Maria Bartomeu, est mis en examen pour « délit contre le Trésor public ». Peu de temps après, le FC Santos porte plainte contre les Catalans et le Brésilien, avançant que ces derniers ont « commis des violations du contrat de transfert et réclame une indemnité pour les dommages, avec intérêts ».

Mais l’attaquant poursuit sa progression. En 2013, il arrive cinquième au classement du Ballon d’Or. Il est sélectionné pour participer à la Coupe du Monde 2014, qui se déroule au Brésil. Si la compétition est un fiasco pour la sélection nationale, humiliée 7-1 en demi-finale contre l’Allemagne, dans un match où ne participe ni Thiago Silva, capitaine de l’équipe qui évolue au PSG, ni l’attaquant, qui se blesse en quart contre la Colombie, c’est une réussite sur le plan personnel, avec quatre buts et une passe décisive en cinq matchs. Malgré le succès, il ne se détourne pas du Seigneur. Les veilles de matchs importants, il poste sur Instagram : « Que Dieu nous bénisse et nous protège ».

Que Deus nos abençoe e nos proteja 🙏🏽⚽️

A post shared by Nj 🇧🇷 👻 neymarjr (@neymarjr) on

“Que Dieu nous bénisse et nous protège”

En mai 2015, après la finale de Ligue des Champions que Barcelone remporte 3-1 face à la Juventus, Neymar défraie la chronique avec un bandeau « 100% Jésus ». Un geste finalement censuré, car considéré comme un acte de prosélytisme religieux. Il réitère le geste, avec les mêmes effets, en août 2016, lorsqu’il remporte avec le Brésil les Jeux Olympiques.

Le troisième du classement du Ballon d’Or 2015 n’est pas le seul joueur brésilien à affirmer publiquement sa foi. À Paris, Neymar pourra se rendre au culte avec ses compatriotes Thiago Silva, Marquinhos, Lucas et Maxwell, ainsi qu’avec le Français Blaise Matuidi. Ils sont notamment proches du pasteur évangéliste Marco Ceará, ex-défenseur du PSG (2007-2012).

Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]