Aleteia

Ensemble pour elles : un gang de tricoteuses qui lutte contre le cancer du sein

© Shutterstock
Share
Comment

En vue d’Octobre Rose, les initiatives pour sensibiliser à la lutte contre le cancer du sein se multiplient dans toute la France. En Champagne, l’association rémoise Ensemble pour elles mène de front le combat avec la douceur colorée de la laine en tricot ou au crochet.

Après une première opération réussie en 2015 intitulée « Les tricots roses » au cours de laquelle plus de 4000 carrés tricotés ou crochetés se sont affichés fièrement dans l’espace public rémois le temps d’une journée, l’association de lutte contre le cancer du sein Ensemble pour elles souhaite réitérer l’expérience artistique et solidaire en 2017, en se lançant un double défi : mettre en avant l’offre culturelle de la ville de Reims à travers l’art et promouvoir l’association et la lutte contre le cancer du sein.

Portée par l’artiste Lilie’s Body’s, spécialisée dans l’art thérapie et membre active de l’association, cette initiative solidaire réunit autour du tricot artistique, des milliers de femmes en France et en Europe qui mettent à disposition la laine qui servira à la confection de carrés colorés, ou tricotent pièce par pièce ces morceaux d’œuvre qui seront par la suite assemblés pour n’en constituer qu’une magistrale présentée au public à l’automne 2017.

Ensemble pour elles

Le recours à la laine est quant à lui fort de sens. Pour l’artiste qui a fait de la féminité et la maladie un indissociable combat personnel, le tricot est une technique qui s’inscrit dans le temps via l’apprentissage et la transmission, de la mère à sa fille, de la grand-mère à sa petite fille. Il constitue un lien intergénérationnel entre femmes qui rappelle la famille, une boucle de soutien que l’on retrouve aussi dans l’affrontement de la maladie. Un lainage réconfortant et chaleureux pour faire face au crabe qui reste, malgré la baisse de son taux de mortalité annuel, la première cause de décès féminins par cancer en France.

Lutter contre le cancer du sein et faire perdurer une expérience post maladie, telles sont les grandes motivations à l’origine de ce projet. “La continuité de la vie malgré tout”, comme le résume Lilie qui avec “ses nanas” de l’association a été contactée par un musée de la ville de Reims pour faire perdurer leur projet à la rentrée 2017 en l’incluant dans le patrimoine historique de l’agglomération.

Une collaboration qui mise autant sur l’artistique que le collectif en mettant à contribution le musée, l’artiste, les membres de l’association ainsi que toutes les bonnes âmes prêtes à fournir la matière première ou à user de leur savoir-faire pour réaliser des pièces en tricot qui serviront à la réalisation d’une installation dévoilée lors d’une soirée de lancement à la mi-octobre.

Ensemble pour elles

Au travers cette initiative créative, l’association souhaite sensibiliser davantage les femmes au dépistage et “s’adresser à toutes les femmes, qu’elles soient touchées directement ou indirectement par la maladie” mais pas seulement. L’intérêt de ce projet réside aussi dans le fait de “préparer les gens à ce qui peut arriver et notamment les hommes pour leur montrer que le cancer n’est pas une fatalité”, précise Lilie. L’ambassadrice du projet tient également à rappeler que si le cancer du sein est avant tout une histoire de femme avec plus de 50 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année, il est important de sensibiliser les hommes, les conjoints, les maris qui sont confrontés à cette maladie sans toujours l’assumer.

Cette année encore, la volonté des membres de l’association est de faire mieux que sur la précédente édition en récoltant davantage de carrés qui, une fois la performance artistique achevée, seront redistribués à d’autres associations pour confectionner de la layette offerte aux maternités ou des couvertures pour les animaux pris en charge par la SPA.

Ensemble pour elles

La future installation artistique empruntera, tout comme la précédente, quelques codes au yarn bombing, forme d’art urbain qui use du tricot et du crochet ou d’autres techniques qui utilisent le fil pour se réapproprier les espaces urbains afin de les rendre moins impersonnels, et trouvera cette fois sa place au Palais du Tau, ancienne résidence archiépiscopale devenue musée consacré aux vestiges de la Cathédrale de Reims après sa destruction en 1914 et aux souvenirs historiques des rois qui furent sacrés à Reims.

Annoncée comme surprenante et d’envergure par l’association, l’œuvre participative reste aussi évolutive qu’énigmatique dans l’esprit de chacun, pour préserver au maximum l’effet de surprise lors de sa présentation publique le 21 octobre 2017 où le rose côtoiera pour la noble cause, les souvenirs royaux et architecturaux dans la Cité des Sacres. Et cela jusqu’au 5 novembre 2017.

Pour toutes celles qui souhaiteraient participer au projet, trois possibilités :

– Faire un don de laine rose (toutes nuances confondues) en envoyant vos pelotes au siège de l’association

– Réaliser des carrés de tricot ou de crochet (30 x 30 cm) à envoyer au siège de l’association Ensemble pour elles avant le 17 septembre 2017

– Relayer sans modération, l’appel à participation sur les réseaux sociaux pour faire connaître l’initiative et inciter les adeptes du tricot à s’associer à ce beau projet artistique et solidaire.

Association Ensemble pour elles
Maison de la vie associative
122 bis Rue du barbâtre
51100 REIMS

 

>> En savoir plus sur Ensemble pour elles

 

Tags:
tricot
Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]