Aleteia

Jim Carrey évoque la souffrance du Christ et l’espérance du salut

Wikimedia
Share
Comment

En visite dans un centre jésuite de réhabilitation pour membres de gang, Jim Carrey a délivré un message fort sur la souffrance, la grâce, le salut et le Christ.

Connu pour ses rôles décalés dans de nombreuses comédies hollywoodiennes comme The Mask ou Bruce Tout-puissant, Jim Carrey n’en est pas moins un acteur qui sait faire preuve de sérieux. C’est ce qu’il a démontré ce 9 juin dernier avec un discours très profond, qu’il a prononcé au centre jésuite de réhabilitation pour membres de gang Homeboy Industries, à Los Angeles, et relayé par Info Chrétienne. Alors qu’il a grandi dans une famille catholique, le comédien se détourne de la religion avant de rejoindre dans les années 1990 l’Église presbytérienne. Après quelques années difficiles où il a connu la dépression, l’adepte de la méditation transcendantale semble avoir de nouveau renoué avec le Christ.

Il explique d’ailleurs à ce propos : « J’ai moi-même traversé certains challenges ces deux dernières années. Et finalement, je crois que la souffrance mène au salut, en fait, c’est le seul chemin. Nous devons accepter, ne pas nier, la sensation de notre souffrance et ressentir nos pertes ». « En fait, c’est le seul moyen, a poursuivi le comédien. Nous devons, en quelque sorte, accepter, ne pas nier, sentir nos souffrances et ressentir nos pertes. Et puis, nous prenons une des deux décisions. Soit nous décidons de passer par la porte du ressentiment, ce qui conduit à la vengeance, ce qui conduit à un préjudice personnel, ce qui conduit à nuire à autrui. Ou, nous passons par la porte du pardon, ce qui conduit à la grâce. »

Mais le plus fort est sans nul doute quand il a évoqué la souffrance du Christ : « Le fait que vous soyez ici indique que vous avez pris la décision de passer par la porte du pardon jusqu’à la grâce. Tout comme Christ l’a fait à la croix. Il a souffert terriblement et il a été brisé, jusqu’à ressentir le doute et le sentiment d’abandon absolu que vous avez tous ressenti. Ensuite il y avait une décision à prendre, et la décision était de regarder les personnes qui causaient cette souffrance avec compassion et pardon. C’est ce qui ouvre les portes du paradis pour chacun de nous. Je le souhaite pour vous tous. Je le souhaite pour moi. » Il a cependant ajouté : « Je suis bouddhiste, je suis chrétien, je suis musulman, je suis ce que vous voulez que je sois ».

Sur son site web, Homeboy Industries — dirigée par le père Gregory Boyle, un « ami » de Jim Carrey — se présente comme une organisation qui « fournit de l’espoir, de la formation et du soutien aux hommes et aux femmes impliqués dans des gangs et précédemment incarcérés », afin de leur permettre « de rediriger leur vie et de devenir des membres contributeurs de notre communauté ». Peut-être que le discours émouvant de l’acteur y aidera.

Tags:
cinema
Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]