Aleteia

Pourquoi les époux chrétiens doivent-ils porter leur alliance ?

Share
Comment

L’anneau nuptial n’est pas qu’un symbole. Il présenterait des vertus insoupçonnées.

Qu’il soit en fer, argent, or ou n’importe quel alliage, ce petit anneau a encore plus de valeur que dans l’Antiquité païenne tant l’Église en a fait un symbole d’alliance indissoluble entre les deux conjoints.

Chez les juifs et les Romains – et on suppose chez d’autres peuples païens – l’homme avait coutume de passer un anneau à l’auriculaire de sa future épouse, comme gage de confiance. Il s’agissait d’une réplique d’un anneau ou d’un sceau personnel que le mari portait lui-même au pouce, plaçant ainsi la femme sous son autorité. Cela se faisait davantage chez les classes aisées que populaires.

Ce geste n’a plus la même signification aujourd’hui. L’homme et la femme, quel que soit leur milieu, s’échangent des anneaux le jour de leur mariage comme signe d’amour en le plaçant à l’annulaire gauche, à proximité de la veine qui conduit au cœur.

Cette coutume, instituée pour le mariage chrétien au VIe siècle, s’est ensuite étendue dans le monde entier. Dans certains pays, ces alliances sont présentées avec solennité sur un petit coussin apporté par un enfant d’honneur. Lors du sacrement, le prêtre les asperge d’eau bénite et invite les époux à se les échanger en se jurant fidélité et amour.

Le mariage, une vocation

Bien évidemment ce cérémonial n’est pas obligatoire au sein du sacrement et n’a aucune valeur pour valider un mariage. Mais l’anneau nuptial peut aussi revêtir un caractère sacramentaire, à l’image de l’anneau du pécheur reçu par le Pape au début de son pontificat ou de celui des religieux (cardinaux, évêques, sœurs…).

D’un simple cercle en métal, l’anneau nuptial ainsi bénit et revalorisé devient un instrument de vie consacrée, rappelant que le mariage entre un homme et une femme est aussi une vocation, supposant renonciations et sacrifices sanctifiants.

Signe de prière de l’Église pour ses enfants, il représente une aide spirituelle et peut même posséder la force d’un exorcisme contre les tentations et le mal menant à l’adultère.

Plus qu’un acte d’amour, de fidélité ou de devoir conjugal, porter toujours son alliance est une bonne protection car il est dit qu’une fois le couple uni, Dieu attribue un ange spécial pour le protéger comme une seule chair. Ils ne seront plus deux mais une seule chair jusqu’à ce que la mort les sépare car “Lorsqu’on ressuscite d’entre les morts, on ne prend ni femme ni mari, mais on est comme les anges dans les cieux ” (Mc 12, 25).

Par Antonio Borda, article publié à l’origine sur Gaudium Press.

Tags:
mariage
Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]