Aleteia

La bague au doigt : ce qu’elle révèle de notre mariage

© Getty Images
Share
Comment

Témoignage. Comment une alliance sur le mauvais doigt a conduit à la découverte d'une technique toute simple que tous les couples devraient essayer pour booster leur mariage.

Je n’arrive plus à me souvenir pourquoi j’étais si en colère contre mon mari. Peut-être était-ce à cause de notre vision différente de l’éducation à donner à nos enfants, parce que je me sentais incomprise, ou encore à cause d’un autre problème, petit ou grand. De toute manière, ne croyez-vous pas que les couples se disputent presque toujours pour la même chose ?

Je me souviens avoir été fachée, puis avoir regardé mes mains avec une étrange sensation J’ai vu mon alliance, une fine bague en or, seule sur mon annulaire droit, et non sur le gauche. Je ne me rappelle pas exactement à quel moment, mais j’ai dû enlever mon alliance de ma main gauche pour la mettre à la droite, sans même me rendre compte de ce que je faisais.

Mon alliance, la bague en or que mon père avait donnée il y a 55 ans à ma défunte mère, tient toujours compagnie à ma bague de fiançailles sur mon annulaire gauche. Je ne les enlève ni pour me doucher, ni pour dormir ou faire le ménage. Je ne les ai jamais enlevées en presque 20 ans de mariage. Je suis tellement habituée à les porter et à sentir leur poids, que je ne m’en aperçois même plus. Enfin, normalement.

Jusqu’à ce jour où mon alliance est passée à l’autre main. Sans que je ne m’en rende compte. Et j’ai réfléchi aux différentes raisons possibles. Était-ce un geste passif-agressif ? Étais-je en train de dire que je ne voulais plus être mariée ? Ou peut-être : « Oui, bien sûr que nous allons rester ensemble, mais tu as exagéré ». Je ne suis pas vraiment sûre.

Mais l’expérience m’a amenée à réfléchir sur le mariage, l’auto-complaisance et comment on peut arriver à s’habituer à presque tout. Je ne me souviens pas avoir autant réfléchi sur notre mariage.

La maturité de la vie, le travail, les tragédies personnelles et l’éducation d’un adolescent et d’un bébé en même temps nous laissaient peu d’énergie pour nous occuper de ce qui devait être la relation fondamentale de notre foyer.

Avec autant d’expérience de vie, bonne et mauvaise, il était même difficile de se souvenir de ces deux jeunes qui se sont connus à l’université et qui sont tombés amoureux il y a des années, et il était encore plus difficile de savoir où ils en étaient de leurs vœux, de leurs besoins et de leurs rêves.

Les préoccupations quotidiennes et banales prenaient une telle place dans notre couple, que nous ne faisions plus rien l’un pour l’autre de significatif, tout se résumant à aller rechercher les enfants à l’école, à se répartir les tâches et à nettoyer la cour avant que les voisins ne se plaignent.

Si vous aviez vu de l’extérieur comment nous répartissions notre temps et notre argent, vous auriez pensé que les enfants, les activités sportives, les amis, les animaux et même notre maison étaient prioritaires sur notre mariage. Même le frigo était toujours plein. La révision des voitures était faite en temps et en heure. Mais nous ignorions presque totalement notre mariage.

De même, mon alliance, ce trésor symbole de notre union et de notre engagement, a changé de place sans que je ne m’en aperçoive. Son nouvel emplacement a suscité chez moi une sensation différente, une plus grande conscience de son existence.

Je me suis rappelée du jour où mon mari et moi nous sommes fiancés. La sensation d’avoir une bague de fiançailles au doigt était quelque chose de nouveau et de prometteur, tout comme notre amour, et je ne pouvais cesser de la regarder. Elle projetait des reflets brillants qui attiraient mon attention chaque fois que je bougeais les mains. Je sentais son poids en me réveillant chaque matin. À cette époque, je ressentais un tel plaisir à tout faire pour que mon fiancé se sente aimé et valorisé.

J’ai alors décidé de laisser mon alliance sur l’annulaire droit quelques jours de plus pour voir quelles sensations allaient apparaître. Au milieu de la routine quotidienne, je murmurais : « Je suis mariée ». Et je me demandais alors : “Qu’ai-je fait aujourd’hui pour le bien de mon couple ?”

Dieu sait que je ne me sentais pas capable de donner plus à quiconque. Je crois avoir mentionné le fait que je suis mère d’un adolescent et d’un bébé, non ? Et l’un de nos chiens était encore bébé à ce moment-là. Je me sentais totalement épuisée.

Mais si je pouvais écrire rapidement un message à mon mari, ce serait celui-ci : « Merci d’avoir amené Margaret au collège aujourd’hui », ou « tu es un père merveilleux », et je signerais avec des baisers et des coeurs. Oui, j’aurais pu me déconnecter de Facebook plus souvent. Oui, j’aurais pu approcher de lui mes pieds froids dans notre lit XXL pour les réchauffer. Ces petites actions, au lieu d’épuiser l’énergie qui me restait, m’en auraient donnée.

Rien de particulier n’est arrivé et j’ai remis mon alliance à la main gauche, même si je la rechange de doigt de temps en temps. Être consciente de mon alliance m’aide à me souvenir que les enfants, les chiens, la maison, même la liste de courses, n’existeraient pas si deux personnes n’étaient pas tombées amoureuses. Elle me rappelle que je dois donner de l’attention et de la considération à mon mari, que ce soit sous forme de mots gentils ou en donnant priorité à certains de ses besoins, et pas seulement les jours d’anniversaire ; que former un couple ne se résume pas à s’occuper des choses pratiques de la vie.

J’aime la littérature, mais je ne veux pas que ma vie ressemble à mes romans préférés de Jane Austen ou aux pièces de Shakespeare, où le mariage est l’aboutissement d’une histoire d’amour, et où l’histoire prend fin juste après. Nous avons encore de nombreuses années à vivre ensemble. Alors parfois je change mon alliance de main, pas parce que mon mari et moi nous sommes disputés, mais parce que je veux être consciente du rôle que j’ai à jouer dans cette histoire d’amour qui continue.

> Cet article est une traduction de la version espagnole d’Aleteia 

Tags:
mariage
Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]