Aleteia

Le philosophe Blaise Pascal bientôt béatifié par le pape François ?

Share
Comment

Bien que membre de la Compagnie de Jésus, le pape argentin a exprimé le souhait de voir béatifié l'auteur des Provinciales qui en fut le redoutable pourfendeur au XVIIe siècle.

Au détour de son entretien-conversation avec Eugenio Scalfari dans La Repubblica, ce 8 juillet 2017, le pape François a estimé, par conviction personnelle, que le philosophe français Blaise Pascal “mérit[ait] la béatification” et qu’il allait demander l’avis de la Congrégation des causes des saints.

Répondant au souhait du journaliste que l’auteur des Pensées soit béatifié, le successeur de Pierre a répondu : “Cher ami, vous avez dans ce cas parfaitement raison : je pense aussi qu’il mérite la béatification”.

Le pontife ajoute qu’il se réserve la possibilité de faire le nécessaire et de “demander l’avis” des organes du Vatican concernés, à savoir la Congrégation des causes des saints. Tout en leur communiquant, ajoute-t-il, “(s)a conviction personnelle et positive”.

Blaise Pascal (1623-1662), génie scientifique, philosophe et écrivain classique, a connu une expérience mystique le 23 novembre 1654, qu’il a appelé sa “nuit de feu”, et qui l’a guéri de son désir mondain, racontera-t-il par la suite.

Contre l’hypocrisie de la casuistique

Il se lance alors dans une polémique contre les jésuites, dans le cadre de la querelle du jansénisme en France : dans des écrits intitulés Les Provinciales, Pascal reproche aux jésuites leur “casuistique”, raisonnement moral complexe justifiant selon lui des comportements laxistes. Le pape François dénoncera lui-même à plusieurs reprises cette casuistique. En février dernier, dans une homélie à Sainte-Marthe, il affirmait que “la logique casuistique est hypocrite”.

L’actuel pontife apprécie également les écrits du père Romano Guardini, auteur d’un livre sur Pascal en 1935. Guardini y raconte qu’à la fin de sa vie, s’étant vu refuser l’Eucharistie et l’extrême-onction, Pascal avait demandé à être transporté au-milieu des pauvres, en tant que membres du Corps du Christ. Geste qui souligne, selon Guardini, la conversion définitive de l’orgueil de Pascal.

Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]