Aleteia

Tribus de copains : Une famille bis ?

shutterstock
Share
Comment

Ils sont de plus en plus nombreux à reproduire le modèle familial entre copains : bruncher ensemble le dimanche après la messe ou louer des maisons de vacances l’été. Pourquoi ce nouveau mode de vie se développe-t-il ?

Porté par la bonne ambiance de ce barbecue du dimanche improvisé entre copains, Nicolas a lancé une proposition aux trois couples d’amis réunis autour de la table : « Et si cet été on louait une maison tous ensemble en Corse ? »  Les enfants courent dans le jardin et s’amusent, les parents sirotent un verre de rosé. Après tout, tout le monde s’entend bien, les enfants ont tous plus ou moins le même âge, à plusieurs on peut louer une maison bien plus grande, bref, les avantages sont multiples.
Sans renoncer à leur famille ou à leurs valeurs, certains couples jeunes ou moins jeunes se sont affranchis de certains principes ou de certaines traditions comme le repas dominical chez Bonpapa et Bonnemaman ou les vacances de Noel dans la maison des grands parents. Plusieurs raisons les poussent à passer leurs dimanches, leurs week-end ou leurs vacances entre copains.

Une maison en un seul clic

Le point de départ de ces nouvelles habitudes de vies découle sans doute de la facilité avec laquelle aujourd’hui on va au restaurant, on voyage ou on loue des maisons. Ce n’était pas le cas à l’époque de nos parents. De nos jours, on loue des voitures ou on prend l’avion pour un rien. On réserve des brunch, ou une maison sur airbnb en un clic.

On choisit pas sa famille, on choisit ses amis

Alors, si c’est aussi facile, pourquoi se priver de partir entre copains quand il y a parfois certains frères ou sœurs qui nous agacent, des manies de nos parents qu’on ne supporte plus, des vieilles querelles qui remontent au moment des repas ou des disputes entre cousins compliquées à gérer surtout quand les grands parents s’en mêlent. En vacances, les points de frictions possibles sont nombreux : organisation de la maison, activités multiples, éducations des enfants,… Avec les amis les choses sont plus simples : pas de passé en commun, pas de comptes à régler, pas de jalousies. « Quand ma sœur ne se lève pas pour nous aider à débarrasser, je m’énerve tout de suite car je me souviens qu’elle faisait pareil quand on était ado », raconte Isabelle. Et sous prétexte qu’on est en famille, le ton monte plus vite, on se dit des choses plus directes, alors qu’entre amis on se retient.

Les amis : nouvelle famille pour les familles recomposées

Pour tous les couples qui ont des parents divorcés, organiser des week-end ou des vacances avec eux n’est pas toujours facile. Il faut choisir chez lequel des deux aller. Ou se partager pour ne pas faire de jaloux. La situation est aussi plus embarrassante quand un des parents vit avec un nouveau conjoint. « Mon père a quitté ma mère il y a quelques années pour une femme bien plus jeune que lui. Cette situation ne me plait pas beaucoup et en plus je n’aime pas beaucoup sa nouvelle compagne.» explique Antoine. « Alors pourquoi je me forcerai à aller chez eux le week end ou les vacances ? », poursuit-il. Martine elle aussi a renoncé à partager ses vacances avec sa mère et son nouveau conjoint car « il faisait sans arrêt des réflexions désagréables à mes enfants ». Alors déjeuner entre amis le dimanche ou louer une maison à plusieurs semble beaucoup plus reposant dans ce genre de situation.

Plus on est de fous, plus on rit

Sans avoir forcement de famille recomposées ou peur des disputes en famille, c’est tout simplement parfois beaucoup plus facile d’être avec toute une tribu de copains car les enfants ont tous le même âge et jouent ensemble, et les parents, eux aussi, s’amusent entre eux. Car plus on est de fous, plus on rit ! Il n’y a pas trop de mélanges de générations, tout le monde est sur le même style de vie, les mêmes habitudes. « Mes parents sont psychorigide sur les horaires. Si on n’est pas à table à 13 H, ils font la gueule pendant tout le déjeuner. Or en vacances ou le week end j’aime bien être un peu plus cool, ne pas avoir de contraintes d’horaires.»

Ne pas se faire d’illusions

Mais il ne faut pas se faire d’illusions non plus : les conflits sont possibles en famille mais aussi avec les amis … Finalement, l’idéal c’est de pouvoir passer du temps avec les deux. Car la famille a du bon, les amis aussi. L’un ne peut remplacer l’autre.

Tags:
amitie
Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]