Aleteia

Bientôt un crucifix pour réagir sur Facebook ?

Share
Comment

À l'occasion du "Pride Month", Facebook a proposé à ses utilisateurs un petit drapeau arc-en-ciel pour réagir aux posts. Des catholiques américains n'ont pas tardé à réclamer que soit également proposé un crucifix parmi les réactions possibles.

Pendant longtemps, pour réagir à un message sur Facebook, il n’était possible que de l’ “aimer”. “Liker un message”, grâce à une icône représentant un pouce levé, signifiait ainsi l’approbation du contenu. Depuis, le célèbre réseau social a étoffé sa gamme de réactions possibles. Six possibilités s’offrent désormais à l’internaute : le pouce levé, mais aussi le cœur, l’éclat de rire, le pleur, la colère ou l’effarement.

Une septième réaction s’est récemment et temporairement invitée dans ce panel à l’occasion du Pride Month (“le mois de la fierté”) qui se déroule en juin aux États-Unis : le petit drapeau arc-en-ciel, emblème de la cause homosexuelle. Une initiative qui n’a pas manqué d’interpeller certains milieux chrétiens américains. Joshua Feuerstein, un évangéliste connu, ancien pasteur, très actif sur les réseaux, a ainsi lancé immédiatement un appel pour que les chrétiens puissent de leur côté utiliser une croix pour réagir sur Facebook, au risque de se lancer dans une concurrence communautaire contestable.

Pubblicato da Joshua Feuerstein su Domenica 25 giugno 2017

Le message, posté le 26 juin, est simple : “Hey Facebook, tu as ajouté cette icône-ci (le drapeau LGBT), nous attendons celle-là (la croix)”. Depuis, ce post a suscité 20 000 réactions, 2 400 messages et a été partagé 9 500 fois. Il faut dire que la page Facebook de Joshua Feuerstein est suivi par plus de… deux millions d’abonnés. La réaction du réseau était bien sûr attendue et la proposition a été sèchement écartée. Interrogé par le Huffington Post, un responsable de la communication a précisé qu’il n’était pas question d’étudier l’hypothèse. Fermez le ban.

Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]