Aleteia

Pour faire baptiser mon enfant, comment je m’y prends ?

© Shutterstock
Share
Comment

Comme toute cérémonie religieuse, le baptême nécessite un minimum de préparation pour que tout se déroule sereinement. Quelle église contacter, quel prêtre, comment s'organiser... On vous a tout détaillé !

Le baptême est une étape importante dans la vie d’un chrétien. Il marque son entrée au sein de l’Église, en tant qu’enfant de Dieu, ainsi que son engagement à suivre une éducation religieuse. Un jour aussi déterminant doit se dérouler le plus sereinement possible, c’est pourquoi nous avons détaillé les moments clés du baptême afin de vous faciliter l’organisation de la cérémonie.

Qui peut se faire baptiser ?

1. Les enfants

Le baptême représente un engagement pour les parents, envers l’Église. Par la cérémonie du baptême, ils affirment vouloir élever leur enfant dans la foi chrétienne et de lui assurer une bonne éducation. Tant que les parents s’engagent à respecter cette promesse, tous les enfants sont invités à se faire baptiser. Au moins, un des deux parents doit être baptisé.

2. Les adultes

L’Église part du principe que l’on peut être baptisé à n’importe quel âge. Si on souhaite se convertir à l’âge adulte, il suffit pour cela d’en parler au prêtre de l’église dont dépend le domicile ou au service de catéchuménat. Le catéchuménat est un service proposé par l’Église aux personnes qui désirent devenir chrétiennes, en se préparant aux sacrements de l’initiation (baptême, confirmation, eucharistie).

Quelles sont les démarches à entreprendre ?

Pour tout baptême, la première étape va être de contacter l’église dans laquelle l’événement va être célébré. Lorsque vous allez émettre la demande à la paroisse, la personne que vous allez avoir au téléphone, ou qui va vous accueillir si vous vous déplacez, va transmettre votre demande au curé de la paroisse et à l’équipe chargée de la préparation du baptême. Si vous voulez gagner du temps sur toutes les procédures, et si vous en avez le temps, déplacez-vous à l’église. Vous serez amené à y aller pour remplir une fiche d’inscription dans laquelle vous renseignerez les nom et prénom(s) de l’enfant, des parents mais aussi du parrain et de la marraine et leur lien de parenté avec l’enfant. La date sera fixée dès le début en fonction de vos disponibilités et de celles de l’église. Pensez à vous y prendre tôt, au moins 3 mois avant la date souhaitée car les demandes sont nombreuses. L’équipe de préparation prendra ensuite contact avec vous.

Dans la plupart des cas, s’en suivra un entretien avec le prêtre afin de préparer la cérémonie. Vous serez aussi invités à réfléchir au sens de votre démarche afin de mieux comprendre le sens du sacrement du baptême. Le baptême ne sera pas forcément célébré par un prêtre, la mission peut être confiée à un diacre. Il s’agit souvent d’un homme, marié et père de famille, qui a été ordonné pour être au service de l’Église.

Enfin, sachez que le baptême est un acte totalement gratuit. Cependant une offrande à l’Église est toujours bien vue afin de remercier le prêtre qui a célébré le baptême de votre enfant.

A quel âge faire baptiser mon enfant?

Il n’existe pas d’âge idéal pour faire baptiser un enfant, le plus souvent, ce choix est laissé aux parents. Le rituel du baptême pour les enfants, promulgué par le pape Paul VI en 1969, invite à faire baptiser les enfants « dès les premières semaines » de sa vie. Néanmoins, il est de plus en plus fréquent que les enfants soient baptisés alors qu’ils se préparent à communier pour la première fois ou même plus tard. En effet, lorsqu’un enfant a entre 3 et 7 ans, il n’est plus un bébé, et a une certaine conscience des choses. En revanche, sa foi n’est pas assez développée pour réellement comprendre la signification de l’Église. Beaucoup de parents décident désormais de différer le baptême qui sera célébré aux cours des années de catéchisme.

Où est ce que je peux faire baptiser mon enfant ? Quand a lieu la messe ?

La célébration de la messe a souvent lieu dans la paroisse dont dépend le domicile de la personne baptisée. Si le baptême doit être célébré dans une autre église pour des raisons pratiques (par exemple, on fait baptiser deux cousins en même temps dans la ville de l’un) une dérogation sera à demander à la paroisse. Le jour du baptême est souvent un dimanche, à la fin de la messe car c’est un jour symbolique, celui de la résurrection du Christ.

Sachez qu’il est possible que votre enfant ne soit pas le seul baptisé ce jour-là, c’est même très rare, les demandes étant très nombreuses. 3 à 4 enfants sont généralement baptisés le même jour. Si vous voulez avoir une chance d’avoir un baptême durant lequel seul celui de votre enfant est célébré, préférez les saisons comme l’automne où l’hiver, durant lesquelles les demandes sont moins nombreuses.

Le rôle du parrain et de la marraine ?

Lors de son baptême, l’enfant reçoit très souvent un parrain et une marraine, même si seul l’un des deux est suffisant tant qu’il est baptisé et qu’il mène une vie de bon chrétien. Ils sont choisis par les parents et ont pour rôle de les seconder dans l’éducation religieuse de l’enfant.

Pendant la cérémonie, le parrain et la marraine remettent un médaillon au prêtre qui le bénie avant de l’attacher autour du cou de l’enfant. Traditionnellement, la marraine est en charge du médaillon, sur lequel on fait graver le nom de l’enfant ainsi que la date de son baptême, et le parrain offre la chaîne. Pensez donc à gérer ce détail en amont. Beaucoup de bijouterie proposent de graver des médaillons de baptême.

Quels sont les cas particuliers ?

Si le baptême peut être l’occasion d’une belle cérémonie, qui réunit les membres d’une famille, parfois des circonstances empêchent le déroulement d’un baptême à l’Église.

1. Un danger de mort

Si un enfant se retrouve en danger de mort alors qu’il n’est pas baptisé, les parents peuvent baptiser eux-même leur enfant, en faisant un signe de croix sur son front, à condition qu’ils soient tous les deux baptisés. Il faudra, par la suite, qu’ils aillent inscrire leur enfant au registre des baptisés de leur paroisse.

2. Un enfant adopté

Lorsque des parents adoptent un enfant, ils peuvent choisir de le faire baptiser. S’ils sont sûrs que l’enfant n’a jamais été baptisé,  une cérémonie classique aura lieue. Dans le cas inverse, le prêtre fera un baptême « sous condition » : cela permet d’inscrire l’enfant dans le registre de sa paroisse, et de lui donner un parrain et une marraine, même si les parents ne sont pas sûrs qu’il ait déjà été baptisé.

3. Une cérémonie de baptême laïque

Dans le cas où les parents ne sont pas croyants ou ne se reconnaissent pas dans le baptême chrétien, mais qu’ils souhaitent donner un parrain et une marraine à leur enfant il est désormais possible d’organiser des baptêmes laïques qui sont célébrés dans quelques mairies. Si cette cérémonie vous intéresse renseignez-vous après de voter mairie pour savoir si elle pratique le baptême laïque. Cette cérémonie offre un autre avantage pour les parents non baptisés ou de confessions religieuses différentes. Le baptême s’adresse à toutes les religions et ne nécessite pas un baptême des parents.

4. Célébrer le baptême en même temps que le mariage

Célébrer un baptême en même temps que son mariage peut avoir un côté très attrayant : famille déjà sur place, économie de temps et d’argent car une seule réception est nécessaire… En soit c’est possible, néanmoins la méthode n’est pas encouragée par l’Eglise. Le risque est que l’un des sacrements empiète sur l’autre et donc en dévalue un par rapport à l’autre, or ce sont deux sacrements très importants dans la vie d’un chrétien. Pour savoir si cette solution vous est accessible, rapprochez-vous de votre prêtre, tous n’acceptent pas de le faire. Une option que l’on pourra vous proposer afin de dissocier les deux cérémonies sera de faire l’une la veille de l’autre, par exemple on célèbrera le mariage le samedi et le baptême le dimanche.

Tags:
baptême
Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]