Aleteia

5 conseils pour éduquer un enfant au caractère bien trempé

Amanda Tipton CC
Share
Comment

On dit que si on éduque un enfant têtu à faire ce qui est bien, il le fera correctement en y mettant toute la détermination dont il est capable. À condition de ne pas contrarier sa volonté.

Éduquer un enfant au caractère bien trempé peut s’avérer épuisant si vous n’y mettez pas de la créativité. Plus l’enfant est intelligent, plus votre tâche sera difficile. Ci-dessous cinq conseils pour vous aider à éviter les tensions et faire de l’éducation un véritable plaisir :

  1. Ne jamais lutter pour voir qui est le plus fort : éduquer avec amour un enfant au caractère bien trempé implique de ne pas se lancer dans une lutte de volontés. Vous en sortiriez épuisés. Votre travail n’est pas de montrer à votre enfant qui commande, mais de l’aider à améliorer son caractère et à bien l’utiliser, tout en renforçant certaines règles de base. Plus facile à dire qu’à faire ? J’ai quelques idées qui pourraient vous aider à y arriver.
  1. Mettre par écrit les règles de base de la maison et s’y tenir : rédigez une liste bien claire. Les plus jeunes ont besoin de moins de règles ; élaborez une règle par année d’âge. Avec des enfants d’âges différents, écrire suffisamment de règles pour couvrir les besoins de l’aîné. Placez-les dans un lieu de vie central et lisez-les régulièrement chaque jour. Si un de vos enfants ne respecte pas une règle, relisez-la.
  1. Évitez les punitions qui font mal, mieux vaut une réflexion personnelle : avec un enfant au tempérament fort, on est toujours tenté d’imposer la discipline par la force, pour montrer qui est le chef. Crier ou donner une fessée ne sont pas des solutions à long terme, engendrant une lutte des volontés qui fait plus de mal que de bien. Un enfant a surtout besoin d’une éducation harmonieuse pour un développement cérébral sain. C’est là que vous devez vous montrer créatif. Optez pour des punitions qui supposent la réflexion ou permettent à l’enfant de racheter son comportement inapproprié par une tâche ou un geste aimable. Les plus âgés pourront écrire une lettre d’excuses. Nous demandons souvent à nos enfants d’écrire sur les règles qu’ils n’ont pas respectées, ce qui leur permet de réfléchir et leur donne le temps de se calmer. Les travaux du Dr Joan Luby montrent que l’éducation positive des bébés de un à deux ans en situation de stress est associée à une augmentation de la taille de certaines zones du cerveau.
  1. Cadrez les désirs égoïstes : les caprices sont égoïstes. En tant que parents, nous devons rediriger cette grande force vers le bien. Offrez à votre enfant la possibilité d’être responsables, même quelques minutes. Laissez les enfants plus âgés s’impliquer dans une bonne cause. Ils ont besoin d’un exutoire. Faites-les participer à des projets qui mettent à l’épreuve les limites de leur force personnelle.
  1. Tempérez le fort caractère de votre enfant par la douceur et l’amour : avec les tempéraments forts, la fatigue et la frustration peuvent nous faire oublier la douceur et la tendresse. Sans notre exemple, nos enfants ne peuvent apprendre à être tendres et aimables. Prévoyez des moments de contacts physiques dans la journée, un câlin, une conversation tendre. Les premières heures de la matinée, au retour de l’école ou l’heure du coucher peuvent être de bons moments.

Investir dans votre enfant est le meilleur investissement de votre vie. Lui accorder du temps pour l’aimer et l’éduquer apportera beaucoup de joies. Mais si vous avez encore des problèmes pour éduquer dans la joie, voici un petit conseil de plus. Rassurez-vous, d’autres l’ont fait avant vous avec succès !

Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]