Aleteia

Messe : tous les gestes et attitudes décryptés par un prêtre

abouna.org
Share
Comment

Le père Henry Vargas Holguin nous explique les différentes parties de la messe, le plus grand mystère de notre foi.

La messe comporte différentes parties: les rites initiaux, la liturgie de la Parole, la liturgie de l’eucharistie, les rites de communion et les rites de conclusion.
 
I. LES RITES INITIAUX
Nous arrivons à l’église et nous apprêtons à célébrer le plus grand mystère de notre foi. Durant ces rites initiaux, les fidèles se tiendront debout.

A. Le chant et la procession d’entrée. Nous entonnons un chant approprié avec une grande joie. Le chant d’entrée a été introduit dans la liturgie romaine au Ve siècle. La procession symbolise le chemin que parcourt l’Église pèlerine jusqu’à la Jérusalem céleste. Lorsque le prêtre arrive à l’autel, il le baise et, le cas échéant, l’encense. L’encensement est un symbole de vénération, de purification et de sanctification.

B. La salutation à l’autel du prêtre célébrant. Il rappelle les salutations épistolaires de saint Paul aux premières communautés chrétiennes.

C. L’acte pénitentiel. Ensuite, nous nous reconnaissons devant Dieu pécheurs et faibles. Il s’agit d’un acte d’humilité. Et nous lui demandons pardon pour toutes nos fautes – il ne remplace pas la confession en cas de péché mortel.
Cet acte comporte quatre parties :
1. Invitation aux fidèles à faire un bref examen de conscience et à se reconnaître pécheurs dans un moment de silence. Cet instant de silence est important et constitue la partie essentielle de cet acte.
2. Demande de pardon, qui s’exprime avec la prière du Je confesse à Dieu, et avec le geste de se frapper la poitrine en disant : « Oui, j’ai vraiment péché ». Dans le rite ancien, on se frappait trois fois la poitrine ; maintenant, une fois suffit.
3. Absolution, qui n’a toutefois pas l’efficacité d’un sacrement, mais exprime un désir du pardon de Dieu. Le prêtre implore : « Que Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde, qu’Il nous pardonne tous nous péchés et nous conduise à la vie éternelle ». L’assemblée répond : « Amen ».
4. Chant du Kyrie.

D. Le Gloria, le dimanche, aux fêtes – d’obligation ou pas – et aux solennités. Le Gloria est une hymne très ancienne et vénérable, par laquelle l’Église, rassemblée dans l’Esprit Saint, glorifie Dieu le Père ainsi que l’Agneau qu’elle supplie. On ne peut jamais remplacer le texte de cette hymne par un autre. Nous louons Dieu et reconnaissons combien nous avons besoin de Lui.

E. La prière d’ouverture. Également appelée « collecte », elle est prononcée exclusivement par le prêtre. C’est une prière qui exprime le caractère de la célébration. C’est la prière que le prêtre, au nom de tous, adresse à Dieu le Père. Cette prière regroupe ou recueille les intentions de toute l’assemblée.

II. LA LITURGIE DE LA PAROLE 
Les fidèles restent assis. Dans les lectures, tirées de la Sainte Écriture – qui constituent aussi une nourriture spirituelle – Dieu parle à son peuple, lui révèle le mystère de la Rédemption et du Salut. Traditionnellement, la fonction de proclamer les lectures n’est pas une fonction présidentielle, mais ministérielle. Les lectures de la messe varient tout au long de l’année en fonction des temps liturgiques (Avent, Noël, Carême, Pâques, temps ordinaire) et se divisent en trois cycles, un par an : A, B, C ; aussi, tout fidèle qui va à la messe quotidiennement, au bout de trois ans aura écouté la Bible presque complète. En cet instant, Dieu nous parle et veut que ce message quotidien, nous le conservions dans notre cœur, le méditions et le mettions en pratique pendant la journée.
 
Comment se lisent les lectures ? Le lecteur va à l’ambon tandis que les fidèles s’assoient. On ne dit pas « Première lecture » ou « Deuxième lecture », mais on les lit directement. Elles s’achèvent avec la phrase :

Pages: 1 2 3 4

Newsletter
Get Aleteia delivered to your inbox. Subscribe here.
[See Comment Policy]